La quatrième licence 3G en jeu

Une antenne UMTS (3G) La quatrième licence 3G va enfin être proposée : les candidats à cette dernière possibilité de déployer un réseau 3G en France peuvent présenter leur candidature (ils ont jusqu’au 31 juillet). Une rumeur prétend que Free, le fournisseur d’accès à Internet bien connu, serait intéressé par cette licence. Neuf Telecom serait aussi une société susceptible d’acheter cette licence.

Une candidature identique à celles des trois premières licences

La quatrième licence sera proposée de la même façon que les trois premières (attribuées à Orange, SFR et Bouygues). Quelques aménagements sont proposés, dont le partage des sites pour les antennes. Le déploiement du réseau 3G se fera dans la bande des 2 100 MHz (comme actuellement) mais aussi avec la possibilité d’utiliser les bandes des 900 et des 1 800 MHz, utilisées par les réseaux GSM classiques. La licence 3G est vendue 620 millions d’euros (pour 20 ans), avec une redevance à payer chaque année (1 % du chiffre d’affaires de l’année). Notons que l’on parle d’une licence 3G, et pas 2G, ce qui veut dire que même si le transport de la voix est possible, ce réseau est essentiellement prévu pour une exploitation pour des transferts de données. Les appels téléphoniques à travers le réseau 3G sont de bonne qualité, mais le téléphone consomme beaucoup plus, ce qui limite l’autonomie.

L’analyse : Cette licence 3G est intéressante pour les sociétés, comme les FAI qui pourraient proposer un accès Internet en mobilité, mais le prix élevé est dissuasif. Le prix de la licence n’est pas la seule chose à prendre en compte : le déploiement du réseau lui-même est un procédé coûteux pour les sociétés, si elles veulent obtenir une couverture correcte.

Il convient donc d’attendre la fin du mois pour connaître les prétendants à cette licence, s’il y en a.