Hacker un réseau WiFi avec un drone volant

Trois chercheurs américains ont imaginé un moyen d’infiltrer un réseau sans fil à partir d’un drone volant équipé d’un récepteur WiFi. Ils ont ainsi établi une théorie très sérieuse selon laquelle il est possible de créer des drones espions sur les réseaux informatiques, ou encore d’infecter un réseau d’ordinateur à partir de ce genre d’appareil télécommandé.

C’est à partir d’un AR Drone de Parrot modifié que Theodore Reed, Joseph Geis et Sven Dietrich, tous les trois chercheurs au Stevens Institute of Technology dans le New Jersey, ont mis en place leur théorie. L’appareil étant équipé d’un récepteur WiFi et pouvant être commandé à distance à partir d’un smartphone, il leur a suffi de le modifier de manière à ce qu’il tente de s’introduire dans les réseaux sans fil alentours. Ce faisant, il leur était alors possible d’infiltrer un réseau pour l’infecter, et créer par exemple un réseau de botnets, c'est-à-dire de PC Zombies répondant ensuite à leurs ordres.

L’AR Drone en question a donc profité de quelques ajouts : une carte 3G, deux cartes WiFi, ou encore un récepteur GPS et un système Linux embarqué. Toutes les conclusions de leurs expériences ont été inscrites dans un rapport présenté en août 2011 lors de la conférence Usenix. Bien que les méthodes d’attaques présentées jusque-là soient assez contraignantes, et nécessitent souvent plusieurs allers-retours de l’appareil, les chercheurs expliquent qu’il convient de la prendre au sérieux, et que sa mise en oeuvre pourrait s’avérer problématique pour la sécurité des réseaux.