Apple trompe IBM avec Intel

Un microprocesseur, c'est un des composants essentiels, je devrais même dire vitaux, dans un ordinateur, ou même tout appareil éléctronique. C'est à lui qu'incombe la lourde tache de gérer tous les processus, c'est lui qui alloue les temps processeur à chaque programme, en bref, il agit un peu comme le cerveau de l'ordinateur, et sans lui, un ordinateur ne peut pas fonctionner.

Ceci, Apple l'a bien compris. C'est pourquoi ils ont toujours confié la création des puces équipant leurs machines aux leaders du marché, suivant la tendance. Ainsi, les premiers Macintosh de chez Apple étaient équipés du bien fameux 68000 de chez Motorola (qui à également équipé rien moins que des machines comme la Super Nintendo ou la Mégadrive, et bien d'autres ordinateurs de salon comme l'Atari ST), qui était à l'époque une puce fiable et de qualitée, sur laquelle beaucoup avaient déjà misé avec succès, et sur laquelle d'autres miseront encore avec autant de succès.

Motorola, nous les retrouvons quelques années plus tard, lorsqu'Apple décide de changer radicalement de processeur pour ses machines, le 68000 étant devenu quelque-peu dépassé pour des machines de bureau (cela reste un processeur 16 bits). S'en suit alors une alliance entre Apple, Motorola et IBM pour la création d'un nouveau type de puce, le PowerPC. La puce fonctionne bien, très bien même, puisque que son jeu d'instruction réduit lui permet des performances rivalisant tout à fait avec la concurrence.

Et puis coup de théatre chez Apple, le PDG de la société, Steve Jobs, doit annoncer aujourd'hui que le groupe se sépare d'IBM pour confier la fabrication de ses prochaines puces au bien connu et renommé Intel. Nous devrions donc voir des ordinateurs Apple équipés de processeurs Intel l'année prochaine, si tout se passe bien. Cependant, il faut bien prendre conscience du fait que ce qui fonctionnait sur les PowerPC d'IBM ne fonctionnera certainement plus sur les nouvelles puces d'Intel, ce qui obligera les développeurs de chez Apple à reprogrammer entièrement leur environnement et leurs logiciels.

Un travail collossal attend donc les développeurs de la firme, ce qui explique aussi qu'une telle décision ait longtemps été discréditée par les experts, n'y voyant pas d'intérêt, mais plutot un risque financier chez Apple.

Attendons donc de voir l'année prochaine ce que nous réserve Apple, nous pourrons ainsi juger de cette décision et nous faire notre propre idée. Apple sait surprendre, sachons donc lui faire confiance.

Source : Reuters
Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
12 commentaires
    Votre commentaire
  • raw
    purée, à peine la migration sur PPC finie qu'ils remettent ça ?!

    ça serais pas plutôt Intel qui va fabriquer des PPC ?
    0
  • Onigiri@IDN
    Il semblerait selon Reuters qu'il s'agisse bien d'Intel x86, ce qui m'étonne assez fortement quand on connait le petit faible d'apple pour les RISC...

    enfin, on verra bien...
    0
  • raw
    bah on verra avec l'annonce officielle d'Apple ....
    0