Les Big Brother Awards brocardent Michèle Alliot-Marie

L'affiche des BBA 2009L'affiche des BBA 2009Depuis 2000, les Big Brother Awards ont pris l’habitude de mettre en lumière les actions les plus liberticides, souvent liées aux nouvelles technologies. Cette année encore, les récompenses n’ont pas été tendres avec les lauréats et tout spécialement avec le ministre de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie qui reçoit une mention spéciale.

La majorité clairement visée

Vedette du palmarès, Michèle Alliot-Marie gagne donc l’« Orwell Ensemble de son oeuvre » pour « son goût immodéré des fichiers de police (+ 70% en 3 ans, dont Ardoise, Edvige, Cristina ou encore Gesterex), mais aussi pour sa "novlangue" avec sa promotion de la vidéosurveillance, ses invitations à la délation et son talent à fabriquer un “ennemi intérieur”. » Nul doute que cette récompense risque d’être peu appréciée par le ministre.

Autre vainqueur, cette fois-ci de la « Mention spéciale », Frédéric Lefebvre, député et porte-parole de l’UMP pour « son incompétence et son insistance à vouloir contrôler Internet par le biais du CSA, ses arguments iniques pour soutenir la loi Hadopi, pour vouloir traquer la délinquance dans les maternités, et bien d’autres choses... »

Eric Woerth est également visé à travers le prix remis ministère du Budget, saluant le fichier RNCPS : « Sous couvert de lutte contre la fraude aux prestations sociales, Eric Woerth veut créer un fichier central qui remet au goût du jour le funeste “projet Safari” des années 70, menant à l’interconnexion massive des bases de données avec le NIR comme identifiant unique. »

Mais la gauche est aussi lauréate

La gauche remporte malgré tout un prix dans la catégorie « Orwell localités ». Bertrand Delanoë et Cristophe Caresche de la Mairie de Paris : « Pour avoir finalement succombé aux sirènes de la vidéosurveillance. Cette forme de surenchère avec le gouvernement pour s’acheter une moralité sécuritaire laisse totalement de côté la question de son inefficacité et minimise les atteintes aux libertés. »

Enfin, le prix Voltaire vient saluer les acteurs luttant contre « la surveillance arbitraire des individus ». Quatre gagnants sont ainsi ex aequo des bénévoles de Calais apportant leurs aides aux clandestins, le collectif de l’Hérault Non à l’éducation biométrique, les directeurs d’écoles opposés à la base de données Base-élèves et le collectif Non à EDVIGE. Il est par contre étonnant de voir qu'aucune récompense n'a été attribuée à la loi Création et Internet, votée la semaine dernière.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
10 commentaires
    Votre commentaire
  • tomlev
    et la mère albanel, elle a pas le droit à son big brother award ? elle l'a pourtant bien mérité...
    4
  • quecg2
    et les entreprises privées alors ?
    N'ont elle pas bien plus d'information sur les individus que notre chère patrie ?
    (ex : google, facebook ...)
    0