BitTorrent avance vers son salut

Infos-du-Net.comLe célèbre logiciel d’échange de fichiers par Peer to Peer faisait de plus l’objet de la rage de vaincre des majors, après que ces dernières ait découvert qu’Internet, ça ne sert pas seulement à faire la promotion de leur toute dernière production hollywoodienne qui va faire péter le box office, mais que ça possède aussi une partie moins rose pour leur portefeuille, où on s’échange sous le manteau (ou plutôt sous le capot du disque dur) leurs productions.
Ainsi, de nombreuses actions se sont vues entreprises de par le monde et les poursuites judiciaires se sont vues de plus en plus nombreuses.
Certains logiciels ont fermé leurs portes, d’autres ont choisi la voie de la paix, en décidant d’accepter de signer des accords avec certaines majors, leur permettant sous certaines conditions de ne pas être inquiétés de prochaines représailles.
Aujourd’hui, c’est le logiciel BitTorrent qui se voit dans l’obligation de signer ce genre de contrat pour subsister...

BitTorrent se met à l'abris, comme tout le monde...

Nous avons tour à tour vu Grokster, eDonkey, iMesh et WinMX se plier aux exigences des majors en arrêtant ou en modifiant leurs services, et c’est maintenant au tour de BitTorrent de passer à la casserole pour plaire aux majors et ne plus se mettre sous les foudres de ces dernières.
En effet, une décision de la Cour Suprême des États-Unis autorise désormais les majors à contacter les éditeurs de logiciels peer to peer, statuant que ces derniers sont responsables des fichiers qui transitent sur leurs réseaux.
Ainsi, BitTorrent se plie aux règle comme tout le monde, et ce afin de ne pas se voir dans l’obligation d’arrêter ses services, ou d’affronter les plus grandes entreprises américaines dans une action en justice.

Le patron s'explique

Ainsi, Bram Cohen, créateur de BitTorrent, affirme donc avoir passé un accord avec la MPAA (Motion Pictures Association of America), qui défend les intérêts des grands du film américain, dont les termes forcerait l’éditeur à surveiller le contenu de son moteur de recherche, l’épurant ainsi des fichiers permettant de télécharger du contenu protégé par droits d’auteur.
La MPAA devrait ainsi retirer les poursuites engagées contre BitTorrent, le conflit s’arrête donc ici sans faire de mort ni de blessé.
Un communiqué a donc été publié par l’homme, expliquant ce que cela implique pour les utilisateurs : "BitTorrent Inc. déconseille l'utilisation de sa technologie dans le but de diffuser des contenus sans l'autorisation de leurs auteurs et ayant-droits. Dans les faits, nous sommes heureux de travailler avec l'industrie cinématographique afin de retirer de BitTorrent.com tous les fichiers qui ne respectent pas la loi."
BitTorrent se déresponsabilise donc de cette charge, ne proposant dans un avenir proche plus de fichiers donnant accès à ce genre de contenu.

Seulement, il ne s’agit que d’une fausse solution au problème, les serveurs étant décentralisés et les clients permettant d’utiliser la technologie étant nombreux, il devient totalement impossible pour BitTorrent de s’assurer que le contenu transitant entre les utilisateurs est bien légal.
Les 45 millions d'utilisateurs de BitTorrents dans le monde ne devraient donc pas vraiment se voir empêcher tout de suite de télécharger facilement le dernier film hollywoodien...

Source : Silicon
Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
17 commentaires
    Votre commentaire
  • sman_
    à vouloir briser le p2p, les majors accelerent le devellopement des petits réseaux privés
    0
  • sadddam
    ya un truc je comprend pas !
    pk emule n'y passe pas ??
    echanblard....
    0
  • neb93
    Citation:
    sman_ dit :
    à vouloir briser le p2p, les majors accelerent le devellopement des petits réseaux privés


    effectivement!... :plus1:

    Et quand est-il des réseaux p2p crypter, enfin qui marche non pas par ip, mais par un ID généré a chaque connections au réseau?
    0