BitTorrent : 10 ans déjà

Il y a 10 ans, Bram Cohen lance « BitTorrent, une nouvelle appli P2P », comme il l’explique alors sur un forum. Ce qu’il ne sait pas encore, c’est que son protocole va révolutionner l’univers du partage en ligne.

Adieu Napster et GNUtella, ces protocoles P2P sont vieillots. BitTorrent apporte un vent de fraîcheur. Si Bram Cohen a créé son service dans le but de transférer facilement de gros fichiers, d’autres voient en BitTorrent une voie royale pour le piratage de masse. SuperNova, Pirate Bay, Mininova sont autant de sites qui ont participé à l’essor illégal de BitTorrent. Ils ont tous été de véritables annuaires de liens pirates menant à des films, jeux, programmes ou musiques.

Apparu en 2001, BitTorrent n’a commencé à remplacer les anciens protocoles qu’à partir de 2005. Razorbock2, mythique serveur d’Emule, était alors tombé. Plus rien n’allait arrêter les Torrents. Une étude allemande indique ainsi qu’en 2009, BitTorrent représentait de 45 à 78% du trafic P2P et 27 à 55% du trafic Internet.

Depuis cette époque bénie pour les pirates, les annuaires de liens se sont peu à peu éteints. SuprNova a fermé prématurément suite aux pressions des ayants droit, The Pirate Bay s’est partiellement incliné en 2009 et Mininova a jeté l’éponge la même année.

Même si ce protocole reste actif, il est en passe d’être remplacé par le streaming et surtout le téléchargement direct via RapidShare, Megaupload et consorts. À préciser que les Torrents représentent une cible privilégiée pour Hadopi.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
4 commentaires
    Votre commentaire
  • abriotde
    Sauf que le format BitTorrent est le seul a permettre la diffusion massive d'un gros fichier sans une infrastructure titanesque. Le problème majeur de Mega-upload c'est que tout passe par un point central. Cela pose 2 problème : problème de sensibilité (si le serveur tombe tout tombe) , problème de charge du réseau et du serveur (Multiplier par n le nombre de téléchargement d'un film multiplie par n la charge au serveur et par n la charge du réseau avec le streaming... alors qu'avec BitTorrent la charge augmente de manière logarithmique car chaque endroit ou le film à été téléchargé devient un micro-serveur).

    Aujourd'hui le protocole torrent n'a plus besoin de serveur centraliser. Autrefois ThePiratBay et consort faisait juste office de "Google pour trouver les utilisateurs" ie moteur de recherche.
    1
  • Anonyme
    Le Direct Download est du pain béni pour les ayant droit parce que justement la localisation des fichiers est centralisée. Au lieu d'avoir une multitude de micro serveur de torrent, il n'y en a qu'un bon gros qu'il suffit de faire fermer pour tout stopper.

    Il ne faut pas oublier qu'il s'échange énormément de fichier légaux sur le p2p et que des jeux en ligne utilisent aussi cette technologie du torrent ;)

    Pour compléter je dirais que le p2p ne tue pas la création comme on voudrait le faire croire. La création existera toujours avec ou sans les majors de l'audiovisuel. Je le répète, le p2p ne tue pas la création, mais par contre il réduit les gigantesques bénéfices engrangés par les intermédiaires qui existent entre les artistes et les consommateurs.

    Enfin, le p2p en permettant des échanges de fichiers sans point de centralisation, permet aussi des échanges de données moins facilement contrôlables, ce qui gène bien des gouvernements.
    1
  • reacweb
    Exactement kervak !

    Le p2p est un protocole plus respectueux de la bande passante et qui permet de partager efficacement des fichiers même à partir de serveurs très modestes.

    Si ce protocole est aussi réprimé, c'est parce qu'il donne du pouvoir au peuple en supprimant les intermédiaires.

    Les intermédiaires, ce sont les vampires qui s'enrichissent sur le dos des producteurs et des consommateurs, ce sont les lobbyes qui pourrissent la politique au détriment des citoyens.

    Boycottez le direct download et favorisez le p2p, c'est un élément de liberté !
    0