Les Boeing 787 cloués au sol à cause de leurs batteries

Suite à deux incidents graves liés aux batteries sur les derniers avions de Boeing (ceux des compagnies Japan Airlines et All Nippon Airways), les autorités mondiales de la sûreté aérienne ont décidé de clouer au sol l'ensemble de ces appareils en circulation ainsi que de suspendre les livraisons. Ces batteries servent à alimenter le groupe auxiliaire de puissance qui permet notamment de démarrer les moteurs, mais qui n'est pas indispensable une fois en vol (de la même manière que des batteries pour les voitures).

Le véritable problème est que l'enquête sur ces batteries d'alimentation risque de prendre beaucoup de temps. Elles sont composées de nombreux éléments issus de plusieurs fabricants, avant d'être enfin intégrés à un groupe électrique conçu quant à lui par le français Thales.

La première étape de l'enquête consistait à analyser la chaîne de production des batteries fournies par l'entreprise nipponne GS Yuasa. Après analyse, un responsable du ministère japonais des transports a indiqué à l'AFP n'avoir « pas détecté de gros problèmes lors des examens chez le fabricant, ni en termes de technique ni du point de vue de la gestion de la qualité ».


Pas de surtension au sein de l'appareil


La batterie du premier 787, qui a littéralement fondu sur place, est toujours en cours d'analyse. Les premières données collectées dans la boîte noire de l'appareil ne laissent néanmoins pas de trace de surcharge. L'enquête se poursuit pour l'instant du côté des fournisseurs de composants.

Donald Sadoway, un expert en batterie du MIT, suggère à Boeing à travers un entretien avec Forbes de remplacer la technologie Lithium-Ion actuellement utilisée dans les batteries incriminées par la plus lourde, mais plus sûre technologie NiMH, un composé hybride à base de métal. Les 787 souffrent d'un surpoids conséquent par rapport aux données initialement prévues et les batteries Lithium ont précisément été choisies pour leur légèreté.

Sauf que Donald Sadoway ajoute que la composition organique de ces batteries les rend volatiles et inflammables, ce qui peut justement expliquer la combustion. Cela dit, même si Boeing venait à envisager cette idée, cela prendrait au moins un an pour remplacer l'ensemble des appareils. Dans tous les cas, il semble donc bien difficile d'imaginer le Dreamliner dans les airs avant 2014.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire