Google mis en demeure par la CNIL

La CNIL vient de mettre Google en demeure, lui ordonnant de « communiquer, sous sept jours, l’ensemble des données recueillies en France par les véhicules “Street View”, à partir des bornes Wi-Fi ».

Google enregistre votre vie privée

On se souvient que les voitures Street View ont été décriées lorsque Google a admis qu’elles récoltaient les informations en provenance des réseaux Wi-Fi qu’elles rencontraient (cf. « Google StreetView prend aussi vos communications Wi-Fi »).

La CNIL réagit immédiatement

La CNIL n’a pas tardé à prendre position (cf. « Google Street View dans le collimateur de la CNIL »), estimant que l’enregistrement des données en provenance des réseaux Wi-Fi s’est fait « à l’insu des personnes concernées [et] présente un caractère déloyal au sens de la loi “informatique et libertés” et une intrusion dans la vie privée ». Elle a donc procédé à un contrôle des méthodes utilisées ainsi que des informations recueillies et fut la première autorité de protection des données dans le monde à obtenir une partie de ce qui a été collecté par Google sur son territoire.

Un premier contrôle qui aboutit à cette mise en demeure

Le 4 juin dernier, la firme américaine s’est pliée aux exigences de la commission et lui a fourni un accès sécurisé aux informations souhaitées et deux disques durs contenant les données de connexion, les codes sources des logiciels et rapports d'audit. La CNIL a pu établir que Google avait bien « enregistré des mots de passe d'accès à des boites mail, à l’insu des personnes [et] … [des] extraits de contenus de messages électroniques » dans le but de les partager avec d’autres services tels que Google Latitude. La Commission demande donc maintenant l’intégralité de données enregistrées, la cessation de la collecte par Street View des données circulant sur les réseaux Wi-Fi et la déclaration de son service Latitude en conformité avec la loi Informatique et Libertés.

Cette mise en demeure montre que la CNIL se penche sur cette situation et prend l’affaire très au sérieux. Il est par contre difficile de dire quelles seront les suites de ce contrôle et s’ils donneront lieu à des sanctions.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
9 commentaires
    Votre commentaire
  • kikong
    Mais un truc que je ne comprend pas : les personnes qui ont un réseau wifi n'avait qu'à vérouiller et protéger leurs réseaux. Si je passe dans la rue avec mon ordinateur je peux aussi faire tout cela... Au moins cela montre l'importance de protéger sa connexion Wifi....Et entre temps Hadopi prend toutes sortes d'information sans que la fameuse CNIL ne dise quelque chose ...
    0
  • recma
    Citation:
    Et entre temps Hadopi prend toutes sortes d'information sans que la fameuse CNIL ne dise quelque chose...


    Si la CNIL n'avait rien branlé contre HADOPI la surveillance des réseaux P2P serait mise en place depuis longtemps. Ils ont clairement freiné la procédure de mise en œuvre des textes réglementaires.

    Mais la France n'est plus ce qu'elle était, nos dirigeants préfèrent satisfaire le besoin de pognon d'une bande d'idiots plutôt que de respecter le principe de la présomption d'innocence qui constitue la base de ce qu'il reste de notre système judiciaire...
    1
  • Anonyme
    Sauf qu'un hotspot c'est par définition non sécurisé.
    Et le fait que ces personnes n'aient pas sécurisé leur réseau ne justifie pas la collecte des données par google. Google fait de bons produits, mais il faudrait leur enseigner le concept de la vie privée.
    1