Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous

The Social Network : nos premières impressions sur le film Facebook

Par - Source: Tom's Guide FR | B 5 commentaires

Misanthrope, cynique, mais génial : voilà le portrait de Mark Zuckerberg que dépeint The Social Network, le film de David Fincher narrant l’épopée des débuts de Facebook et ses déboires juridiques.

L'acteur Jesse EisenbergL'acteur Jesse Eisenberg

Adapté du livre The Accidental Billionaires de Ben Merzrich (traduit en français par La revanche d'un solitaire. La véritable histoire du fondateur de Facebook), The Social Network raconte les quelques mois des débuts de Facebook, lorsque Mark Zuckerberg encore "undergraduate" (sans diplôme) à Harvard décide de lancer le site.

Fâché de s’être fait plaquer par sa petite amie de l’époque, Mark Zuckerberg code alors en une nuit Facemash.com, une déclinaison de Hot or Not seulement basée sur les photos des étudiantes de Harvard. En quelques heures, le site rassemble 22 000 connexions et fera même tomber les serveurs de l’université.

Enfin reconnu à Harvard

Un article dans le Harvard Crimson lui permettra d’être repéré par les frères Winklevoss, auxquels il volera l’idée du réseau social numérique. Il s’associe alors avec Eduardo Saverin, nommé directeur financier de Facebook, qu’il trahira ensuite quand il partira s’installer à Palo Alto sur les conseils de Sean Parker, cofondateur de Napster.

Suite au lancement de Facemash, Zuckerberg est déjà face à la problématique majeure de Facebook. L’université le placera six mois en période de probation pour « violation de la vie privée » après être allé récupérer sans autorisation les photos des filles de chaque résidence de Harvard.

Une narration réussie

The Social NetworkThe Social NetworkNarrativement très bien conçu, le film s’articule autour des deux négociations entre Zuckerberg et les frères Winklevos, puis Eduardo Saverin. C’est une sorte de tourbillon juridique illustré par des flashbacks qu’a conçu le scénariste Aaron Sorkin. Le réalisateur David Fincher excelle dans ce genre d’exercice comme il avait pu le prouver dans un Zodiac toutefois un peu trop long. Soutenu par une bande originale composée par Trent Reznor (de Nine Inch Nails) et Atticus Ross, le film est une réussite.

Le personnage de Mark Zuckerberg interprété par Jesse Eisenberg parait d’une misanthropie ultime (qu’il démentira pourtant), d’un cynisme et d’une insolence prenant la forme de répliques savoureuses adressées à ses interlocuteurs à bout portant. On est loin du jeune homme mutique que le livre et son entourage présentent dans la réalité. On le surprend même très utopiste quand Eduardo Saverin veut placer de la publicité sur le site et qu’il refuse. « Ce serait comme si une fête vraiment géniale se terminait à 23 h », confirme même Sean Parker à ce sujet. Savoureux et passionnant, The Social Network malmène Mark Zuckerberg, mais en fait au final un vrai génie. De quoi faire certainement le bonheur des nerds en tout genre.

Sortie en France le 13 octobre

Afficher 5 commentaires.
Cette page n'accepte plus de commentaires
  • -1 Masquer
    oldbear , 1 octobre 2010 16:44
    Évidemment, je n'ai pas vu le film, et je parle sans savoir le propos exact qu'il tient. Mais je ne saisi pas l'intérêt de faire de Zuckerberg un héros ou un génie, en particulier au cinéma. Quel que soit le propos de Fincher, je m'attend à un portrait que plein de petits étudiants en droit/commerce/etc. vont aduler, comme si la misanthropie était une qualité dans cette société où encore trop de gens ne se préoccupent pas de leur voisin (mais où il est toujours de bon ton d'envoyer 10€ en Afrique pour se donner bonne conscience).
    Facebook n'a jamais amélioré ma vie pour ma part, et j'espère que personne ne dira que c'est le cas pour lui. J'y suis pourtant inscrit et j'ai appris bien vite à ne m'en servir que pour retrouver des amis proches ("Copains d'avant" le faisait aussi bien, les problèmes de vie privée en moins).
    Bref, mon propos n'est pas d'argumenter sur l'usage de Facebook. Simplement, je regrette que David Fincher (qui jusqu'à son Benjamin Button était pour moi un réalisateur exemplaire) ne s'intéresse pas plutôt à de vrais humanistes... Zuckerberg n'en étant de toute évidence pas un.
  • obidoub , 1 octobre 2010 17:07
    Tout ce qui a du succès sort en film c'est tout.

    Mais bon pour un réseau social, ils ont fait fort quand même.
  • quecg2 , 2 octobre 2010 13:11
    la bande annonce 2 me donne vraiment envi de le voir (la BA 1 était pas super)...
    "I LIKE"
  • shooby , 13 octobre 2010 15:29
    D'après ce que j'ai lu à propos du film, non oldbear, Fincher fait de Marco tout sauf un héro !
  • oldbear , 16 octobre 2010 17:02
    Oui, mea culpa. Je vais tout de même aller voir le film. J'ai lu une critique dans le magazine Première (plutôt élogieuse comme la quasi-totalité des critiques sur The Social Network) qui expliquait bien ça. A voir donc...
Tom's guide dans le monde
  • Allemagne
  • Italie
  • Irlande
  • Royaume Uni
  • Etats Unis
Suivre Tom's Guide
Inscrivez-vous à la Newsletter