LiveTest : Nikon S1100PJ, un appareil avec projecteur intégré (1/2)


Épisode 1 :  Photo et vidéo à l'essai

Avant de décortiquer la partie "projection" de l'appareil, focus sur l'aspect photo/vidéo et sur l'ergonomie du S1100PJ.

De prime abord, reconnaissons le travail effectué par Nikon sur le design de son produit. Certains apprécieront les lignes arrondies de ce nouveau modèle, qui s’offre en passant une déclinaison dans un vert flashy (qui pourrait ne pas plaire à tout le monde). Côté photo, on garde l’objectif grand-angle zoom NIKKOR 5x, mais on passe d’un capteur 12,1 millions de pixels à 14,1 millions de pixels. Autant dire que la différence est difficilement visible à l’oeil nu. D’ailleurs le test est simple, deux photos prises en 14,1 et 12,1 Mégapixels sont similaires en apparence.

Le fabricant annonce avoir doté son appareil de 5 technologies anti-flou., Pourtant il s’avère difficile de ressentir une amélioration particulière par rapport à un appareil compact non doté de cette technologie. Les tremblements au moment de la prise de vue ne seront pas corrigés : mieux vaut se métamorphoser en statue avant d’appuyer sur le déclencheur.

Le tactile, comme un retour en arrière

L’aspect ergonomie a largement été modifié. Exit la croix directionnelle et les nombreuses touches à côté de l’écran : il n’en reste que trois, laissant une place accrue pour un écran passant de 2,7 pouces non tactile, à un écran de 3 pouces (7,5 cm) tactile. La mode est au tout tactile certes, mais finalement l’ergonomie de son prédécesseur s’avérait bien plus efficace pour ce type d’usage. La réactivité et la précision de l’écran ne sont pas satisfaisantes, ce qui engendre de fréquents ratés dans la navigation au sein des menus.  Il faut systématiquement s’y reprendre à deux fois pour appuyer sur les deux touches d’accès aux options en mode photo. Le seul atout du tactile réside dans la visualisation des photos, qui devient plus facile : on glisse le doigt latéralement pour passer d’une photo à une autre, comme sur un iPhone.

Enfin la vidéo a également bénéficié d’un rafraîchissement non négligeable, puisque l’appareil se destine en partie à la vidéoprojection. Le S1100PJ peut désormais filmer en HD, en 720p (1280 x 720 pixels) à la cadence de 30 images par seconde pour être précis. Que l’on apprécie ou non les compacts pour filmer, Nikon a eu la bonne idée de doter son appareil d’une touche dédiée au déclenchement du mode vidéo. Pratique, et particulièrement efficace : pas besoin de chercher des heures dans les menus pour filmer. En revanche, essayez donc de filmer de nuit, vous y perdrez rapidement des plumes. Car sans un minimum d’éclairage, le rendu sera tout simplement nul. Enfin, l’utilisation du Flash comme lumière continue d’appoint, pour pouvoir filmer lorsqu’il fait plus sombre est intéressante mais trop peu efficace.

À lire demain l'épisode 2: la vidéoprojection