Panasonic DMC-FZ28 : le bridge qui voulait être Reflex

Panasonic DMC-FZ28Panasonic n’en démord pas. Le bridge n’est pas mort. C’est du moins ce que laisse supposer la sortie très prochaine du DMC-FZ28, nouveau représentant du constructeur sur l’obscur secteur du « mi-compact, mi-Reflex ». Ainsi, ce nouveau venu remplacera, dès septembre, le FZ18 dont la polyvalence nous avait séduit lors de son test l’an dernier. Pour autant, le successeur n’arrive pas en terrain conquis. Alors que les Reflex se démocratisent comme le confirme notre comparatif des reflex grand public, le voici qui va devoir survivre avec des armes bien a lui.

Des caractéristiques étonnantes

Car c’est bien là la force de ce bridge de Panasonic. Une fiche technique qui pourrait presque faire saliver les possesseurs de Reflex. Jugez plutôt : capteur CCD de 10,1mégapixels, zoom optique 18x et objectif grand angle de 27 mm. Ce dernier est un Leica DC Vario-Elmarit (f/2,8-4,4). Autre nouveauté par rapport à la version précédente : le mode manuel qui a été complètement réétudié pour aboutir à un résultat sensiblement différent comme en atteste la nouvelle disposition des commandes, l’apparition d’un joystick et la bascule automatisée entre mise au point manuelle et autofocus, grâce à un bouton dédié.

L’iA adaptée au bridge

Il aurait fallu être dénué de raison pour ne pas adapter un mode aussi populaire que l’iA dans un nouveau bridge. Panasonic n’a pas tenté le diable et l’utilisateur l’en remerciera sûrement. Ainsi, comme sur ses compacts grand public, le constructeur permet le paramétrage automatique du mode scène. Pour le reste, le FZ28, ne cesse de jouer sur l’ambigüité qui le sépare d’un Reflex. C’est notamment le cas dans sa gestion du mode RAW, mais aussi et malheureusement dans son prix de 429 € qui le place, par exemple, à quelques 60 € de moins d’un excellent Nikon D60…