[Edito] Développeur Web : comme au cinéma ?

Fondateur du Site du Zéro à l'âge de 13 ans, Mathieu Nebra a depuis transformé sa passion en activité professionnelle. Il est ainsi aujourd'hui l'un des deux associés à la tête d'une entreprise de 25 personnes gérant le Site du Zéro.
Il est l'auteur de nombreux tutoriels d'informatique en ligne sur
www.siteduzero.com, ainsi que de 6 livres et eBooks dérivés des tutoriels en ligne. Le Site du Zéro réunit 2 millions de visiteurs uniques chaque mois et fédère plus de 500 000 membres.

Le grand public aime les référentiels. Le film “The Social Network”, sur la création du réseau social Facebook, aura eu le mérite de montrer l’envers d’une décor d’une startup web et du métier de développeur web. Mais, comme on pouvait s’y attendre, l’ensemble a été fortement scénarisé et ne reflète pas forcément la réalité. Petit retour sur les clichés véhiculés par le film...

"Etre développeur est glamour"
- Vrai aux États-Unis, faux en France -

C’est une vision très américaine : les développeurs y sont courtisés. On en vient jusqu’à vous recruter à la sortie de l’avion à San Francisco ! En France, c’est en revanche très différent : s’il y a un écosystème dynamique de startups, il reste loin des Etats-Unis. Une très grande partie des développeurs travaille soit dans des web agencies, soit dans des SSII. Le métier est encore vu comme utilitaire et non comme stratégique et central, mais les choses sont en train de changer progressivement, notamment dans les startups qui ne peuvent pas faire l’impasse dessus.

"Les développeurs sont tous des petits génies"
- Les meilleurs oui, mais ils sont une minorité -

Les développeurs baigneraient dans l’informatique depuis qu’ils sont nés. C’est vrai pour certains. Les meilleurs sont des passionnés, ils font beaucoup de veille technologique et ont plusieurs projets personnels dans les cartons.

Mais il existe aussi un grand nombre de développeurs qui aiment leur métier sans pour autant l’exercer depuis des dizaines d’années et ne vivre que pour ça. Il n’est pas nécessaire d’être né avec un ordinateur dans les mains : commencez déjà par apprendre à créer des sites web en
HTML5
, c’est à la portée de tout le monde !

Il peut d’ailleurs être déprimant et peu constructif de se comparer systématiquement aux meilleurs. The Social Network ne doit pas nous faire oublier la grande majorité de développeurs qui font simplement du bon travail sans pour autant chercher à tout révolutionner chaque jour.

"Les développeurs sont des geeks asociaux"
- Cliché ! -

Ce point est la suite logique du précédent dans l’imaginaire commun. On se dit : “puisqu’ils ne font que ça depuis qu’ils sont petits, ils ne voient jamais la lumière du jour et n’ont pas d’autres activités sociales !”.
C’est probablement le plus gros cliché. Il s’entretient tout seul au fil du temps mais est très réducteur. Demandez à des développeurs autour de vous ce qu’ils font dans la vie, vous verrez que la variété des centres d’intérêt n’est pas différente du reste des gens. Pour ne prendre qu’un exemple qui m’est proche, ma femme travaille dans le développement web mais sa passion reste la danse : elle en fait 4 à 6 heures par semaine !

"Un développeur peut s'enrichir rapidement"
- Vrai aux Etats-Unis, assez vrai en France -

Soyons francs : les salaires sont parfois mirobolants dans la Silicon Valley (ils dépassent facilement les 100 000 $ annuels). La France ne va pas dans de tels extrêmes mais les salaires sont tout à fait confortables, et sont parfois même très bons (entre 40 000 et 60 000 € annuels).

Autre point : les développeurs possèdent généralement des parts dans les startups aux Etats-Unis, ce qui est rarement le cas en France. L’enrichissement des développeurs montré dans The Social Network vient moins de leur salaire que de l’augmentation de la valeur de Facebook dont ils possèdent des parts. Facebook reste un cas particulier : on n’en parle pas assez, mais il y a des milliers de startups qui ne réussissent pas à passer la première année. Il ne faudrait pas l’oublier !

Ce ne sont là que les principaux clichés qui frappent aux yeux d’un développeur web quand il regarde le film “The Social Network”. Evidemment, il faut bien reconnaître que dans tout cliché, il y a souvent une part de vérité... mais que je tenais vraiment à nuancer.

Tout n’est pas aussi noir ou blanc que dans un film américain. Dans la vraie vie, on ne peut pas faire exploser un hélicoptère en lui lançant une voiture comme Bruce Willis dans Die Hard 3. Et dans la vraie vie, on ne devient pas riche et célèbre en développant un site web pendant la nuit sans jamais voir la lumière du jour. ;-)

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire