Vente aux enchères de jeux vidéo : retour sur une folle journée

Des dizaines de consoles et micro-ordinateurs, des centaines de jeux, des goodies, des aquarelles et des presskits : voilà ce que se sont arrachés les passionnés du jeu vidéo hier soir. La première vente aux enchères en Europe dédiée au jeu vidéo a en effet été organisée en plein cœur de Paris, juste à côté de la mythique salle Drouot. Entre 150 et 200 personnes se sont massées dans la petite salle de Millon & Associés, qui organisait la vente en question. Celle-ci a duré près de 4 heures, 350 lots étaient proposés et presque tous ont trouvé preneur.

Toute l'histoire du jeu vidéo réunie dans la même salle


Mais la vente a surtout été l'occasion de voir de très rares machines, parfois conservées en parfait état. Et c'est justement ce que sont venus chercher les collectionneurs hier soir : des consoles toujours dans leur boîte d'origine, voire jamais utilisées pour certains modèles. La toute première Magnavox Odyssey importée en France et encore dans sa boîte (lot n°2) a terminée à 2800 euros. La Nintendo Color TV a atteint 650 euros, tandis que la toute première NES, numérotée "165e exemplaire", a été adjugée à 500 euros. Et si vous vous rappelez des game and watch, ces petits "jeux électroniques", comme on les appelait à l'époque, sachez qu'ils attirent toujours les foules, avec des prix atteignant les 350 euros pour les modèles en boîte. Et les amateurs de jeux en ont aussi pris plein les mirettes : un pack de 74 titres pour la Neo Geo de SNK à 3800 euros, un autre de titres pour la Odyssey à 600 euros, un classeur rempli de jeux Atari 2600 à 1500 euros...

Une somme bien rondelette pour un jeu jamais sorti


Mais la palme revient au jeu Dino Force, un shoot'em up réalisé sur PC Engine. Il s'agit en fait d'un prototype d'un jeu jamais sorti, car son éditeur a fait faillite avant sa commercialisation. La cartouche avait été retrouvée l'an passé par une boutique nommée Akiba Games, qui en demandait à l'époque 4 000 euros (500 000 yens). Le magasin en question a visiblement décidé de vendre hier soir le jeu Dino Force, lequel a trouvé preneur pour... 10 000 euros ! En seconde position, on trouve une édition d'un jeu très répandu : GoldenEye sur Nintendo 64. Mais le jeu proposé hier avait une particularité : il était en état totalement neuf, encore sous blister et en version européenne. Là encore, les passions se sont déchaînées, puisque la cartouche a été adjugée à 9 800 euros.

Une passion reconnue à sa juste valeur

Il aura fallu à Camille Coste, l'expert en jeux vidéo à qui l'on doit cette vente, près de deux mois pour convaincre les collectionneurs de céder une partie de leur trésor. Au final, la plupart des amateurs ont trouvé hier soir leur bonheur, le tout se déroulant dans la plus grande convivialité (à l'exception d'un esclandre de la part d'un des participants, une vingtaine de minutes avant la fin des enchères). Les trois quarts des produits présentés ont trouvé acquéreur et, si le total de la vente n'est pas encore connu, il devrait avoisiner les 100 000 euros selon les premières estimations. Mais le plus intéressant restant sans nul doute le fait que le jeu vidéo acquiert enfin ses lettres de noblesse, en s'installant dans un prestigieux quartier de Paris et en étant pris au sérieux. La manifestation a remporté un tel succès qu'une seconde édition est déjà prévue cette année, et aura probablement lieu en novembre. Nous ne manquerons pas de vous en reparler, bien évidemment.

Le catalogue des articles mis en vente lors de cette soirée mémorable est consultable à cette adresse.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
    Votre commentaire
  • hyunkel30
    La plupart des pièces auraient méritée d'être présente dans un musée dédié ... Pour rappeler aux jeunes générations qu'avant les smartphones, on savait aussi s'amuser ... ^^
    0