Facebook, la meilleure des pièces à conviction

Facebook fait de plus en plus souvent son apparition dans les salles d’audience des tribunaux, souvent utilisé pour prouver les faits avancés par une des deux parties. Le réseau social fait donc office de preuve aussi bien aux prud’hommes que dans les juridictions pénales, ou encore les tribunaux de grande instance.

Qu’il s’agisse d’une photo dans un album, d’un propos diffamatoire publié sur un mur ou encore d’une critique d’un employé envers son patron, Facebook se de plus en plus utilisé comme pièce à conviction dans les différentes affaires qui passent devant les juges. La plupart des utilisateurs déballent en effet une bonne partie de leur vie sur le réseau social, ce qui en fait une mine d’informations et de preuves dans certains cas.

Ce sont les procédures de divorce qui ont le plus souvent recours à Facebook, généralement utilisé pour prouver la relation extra-conjugale d’un conjoint. Viennent ensuite les affaires d’injures ou de diffamation dans les tribunaux correctionnels. Il est donc conseillé, comme d’habitude, de ne pas trop se dévoiler sur un profil public. Toutes les actions en justice liées à Facebook ne mènent toutefois pas à une condamnation systématique.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire