Facebook veut la peau de Facedebouc

Facebook supporte de moins en moins les blagues potaches de Facedebouc.com. Il vient d’ailleurs de demander expressément à ce blog de « renoncer à l’enregistrement et à l’usage des marques et nom de domaines facedebouc.com et fadebouc.fr. »

Facedebouc : dans le cadre d'un exercice marketing

Le courrier très officiel a été reçu le 31 mars dernier par Julien Berthomieu, cofondateur de Facedebouc avec Jérémy Block. Cet étudiant toulousain a créé Facedebouc fin 2008 dans le but de rigoler. À l’origine, il s’agissait d’un support pour un exercice marketing. Peu attiré par la vente en ligne, Julien Berthomieu avait mis en ligne Facedebouc pour vendre des produits dérivés de la « bouc attitude. »

Les fondateurs sont sur Facebook

Le blog traite des boucs en tant qu’animaux et tente de redonner un peu de dignité à cet animal malmené depuis des siècles. Malgré cette idée cocasse et « louable », Facebook veut récupérer ses billes à tout prix. Et pourtant, ce n’est pas comme si le propriétaire de Facedebouc était contre Facebook puisqu’il y a d’ailleurs un profil. Selon ce jeune toulousain, « on n’a pas trop le choix par rapport à certains contacts et certains groupes. »

150 contre 14 millions

Et ce n’est pas l’audience de Facedebouc qui aurait de quoi faire trembler le célèbre réseau social. Contre les 14 millions de visiteurs par jour de ce dernier, Facedebouc n’a que 150 visiteurs uniques à opposer. Le rapport de force est plus qu’inégal. Au mieux, Facedebouc à fait 14 000 visiteurs après la diffusion d’un reportage le concernant dans le 6 minutes de M6.

Pourquoi un tel acharnement ?

Finalement, même s’ils ne comprennent pas la démarche de Facebook, Julien et Jérémy savent pertinemment qu’ils devront mettre la clé sous la porte si le premier réseau social au monde poursuit ses démarches. « On ne pourra pas se battre contre ce géant, on est étudiants on n'a pas de moyens, on a fait ça pour rigoler, mais contre eux on peut rien faire. » Le paradoxe dans cette affaire, c’est que Mark Zuckerberg, patron de Facebook, a créé son réseau social lorsqu’il était étudiant. Aujourd’hui, il coupe l’herbe sous le pied d’autres étudiants.