Facebook part en croisade contre les vendeurs de "Like"

Trop de Like tuent le Like ? C'est en tout cas ce que laisse comprendre Facebook sur son blog. Le réseau social annonce vouloir prendre des mesures à l'encontre des J'aime illégitimes. Ils peuvent avoir été vendus par des sociétés ou ajoutés artificiellement par des malwares. Mais d'où qu'ils viennent, Facebook explique qu'un Like qui ne vient pas de quelqu'un de réellement intéressé par la page en question ne profite à personne".


La chasse aux faux Like est donc ouverte. L'impact ne sera pas énorme pour la plupart des pages, 1% en moyenne d'après le billet publié par l'équipe technique. Une valeur moyenne, qui peut bien sûr être beaucoup plus importante pour des pages ayant eu recourt à des vendeurs de "Like".


Un besoin de crédibilité


Ils sont la cible première de la démarche de Facebook qui ne s'en cache d'ailleurs pas : "Nous ne permettons pas, et n'avons jamais permis l'achat ou la vente de Like". Tout ceci dans le but de garantir que les interactions entre utilisateurs et marques sont vraies et non artificielles. 


Le réseau, en difficulté depuis son introduction en bourse, doit désormais être irréprochable pour tenter de conserver la confiance de ses annonceurs et ses investisseurs d'une part et de ses utilisateurs de l'autre. Et avec un titre à $18,06 (ouvert à $38), il y a fort à faire.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
    Votre commentaire
  • artemisdesvins
    Il n'a pas fallu attendre que facebook soit en bourse pour que ce business ce lance...
    0