Google et Facebook jaloux du succès iranien de Twitter ?

Une révolution sur Internet sans passer par Google, ni Facebook, voilà qui a de quoi agacer ces deux géants du Web. En effet, depuis le 12 juin et le verdict contesté des élections iraniennes, les journaux du monde entier ne parlent que de Twitter, ce « formidable » outil par lequel s’organise l’opposition iranienne. Le site de micro-blogging serait massivement utilisé par les manifestants iraniens, pour se regrouper, mais aussi pour s’organiser contre la répression des forces de l’ordre.

Twitter devant en Iran

Derrière la triste actualité iranienne, il  y donc un très bon coup marketing pour Twitter qui profite évidemment de cette publicité gratuite. Et qui en joue même en repoussant une maintenance qui devait toucher son réseau en Iran, pour ne pas nuire à la bonne communication de ses utilisateurs. Facebook et Google dans tout ça ? Largués bien évidemment puisque le Persan ne fait pas partie des langues « parlées » par ces deux-là. Jusqu’à il y a quelques heures, en tout cas puisque coup sur coup l’un et l’autre ont proclamé leur amour pour la langue perse et l’arrivée de services disponibles en Iran.

Dans les faits, Google a ajouté un service de traduction de l’anglais vers le persan, et inversement, dans son Google Translate. Quant à Facebook, il a lancé son service en persan ce week-end. Pour autant, le site reste bloqué en Iran.

Les histoires les plus incroyables de Facebook

12 bonnes raisons d'utiliser Twitter

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
8 commentaires
    Votre commentaire
  • gnoupi
    La magie du journalisme d'IDN : "Google et Facebook ajoute le Persan à leur services" devient "Google et Facebook jaloux du succès de Twitter"

    Bravo pour la neutralité et l'objectivité.
    Pour ce que j'en vois, à part ajouter cette langue, aucune déclaration, aucun apport montrant une "jalousie".

    Mais bon, je vais sûrement arrêter de me répéter et m'attendre simplement à ce qu'on doit s'attendre sur IDN, une information biaisée et tournée selon les "journalistes" qui écrivent les nouvelles.
    1
  • Dimitri Charitsis
    Ou tu peux aussi supposer que nous avons essayé d'apporter un poil d'analyse au lieu de copier/coller un bête communiqué de presse comme c'est si souvent le cas sur certains sites...

    Mais c'est vrai, le fait que Google et Facebook se mettent au persan cette semaine, ça doit être un coup du hasard (quel joueur ce hasard).
    -1
  • gnoupi
    Aussi, oui, donc, comme je dis, si je veux l'information brute, simple, sans "analyse", il faut la trouver ailleurs.
    Ce n'est pas forcément un mal, il faut juste que j'arrête de m'en étonner à chaque fois.

    Mais sinon, il y a aussi la fine limite entre l'analyse, l'opinion personnelle, et la possibilité de pouvoir faire un gros titre.

    Pour la news actuelle, il est certain que Google et Facebook suivent la tendance actuelle, il y a, au regard des évènements assez graves, un besoin énorme pour la diffusion d'information par internet en Iran, et Google et Facebook s'adaptent donc pour palier à ce manque.
    La partie "jalousie", elle, oui, tient plus du commentaire simple internet que de l'analyse.

    Mais là encore, ça reste mon humble point de vue de rigolo qui perd son temps pour écrire un commentaire.
    1