4G : SFR grand vainqueur, Free reste à quai

Au lendemain de l'attribution des licences 4G par l'Arcep, l'équilibre des forces entre opérateurs français vient d'être bouleversé. SFR semble être le grand gagnant de la bataille pour la 4G, Orange et Bouygues limitent les dégâts. Free apparaît comme le grand perdant de l'affaire.

Le dossier Free Mobile n’est pas allé en finale lors de la distribution des bandes 4G 800 MHz destinée à la couverture des zones rurales. L’opérateur mobile d’Iliad n’a pas réussi à retenir l’attention de l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes ). En cause, une proposition pas assez généreuse « compte tenu des offres des autres candidats », explique l’Autorité. Des quatre opérateurs en lice, Free est le seul à avoir été débouté.

Bouygues Télécom a reçu pour sa part le bloc A (10 Mhz en duplex) pour 683 millions d’euros, Orange s’arroge le bloc D de même capacité pour 891 millions d’euros alors que SFR se taille la part du lion avec les blocs B et C (10 MHz en duplex) pour 1,05 milliard d’euros. En tout, grâce à cette vente intervenue le 22 décembre, l’État empoche près de 1,6 milliard d’euros juste pour la bande de 800 MHz.

Bien que refusé en opérateur 4G principal sur les 800 MHz, Free Mobile « répond néanmoins aux conditions de l'appel à candidatures lui permettant de bénéficier d'un accueil en itinérance dans la bande 800 MHz », complète l’Arcep. Pour en bénéficier, il devra au préalable couvrir plus de 25 % de la population située en zone urbaine grâce à sa licence 4G en 2,6 GHz à l'instar de sa licence 3G.

Une fois son obligation remplie, Free Mobile pourra prétendre à l’itinérance sur le réseau 4G de SFR, étant donné que c’est l’opérateur qui a remporté le plus de blocs.

Rappelons qu’en septembre dernier, les quatre opérateurs français avaient chacun décroché une première licence 4G en 2,6 GHz. En tout, l’État récupère 3,5 milliards d’euros grâce à ces deux appels d’offres (800 MHz et 2,6 GHz). Si c’est un succès total à ce niveau, la distribution de licences 4G et l’apparition d’offres vont surtout permettre de désengorger les réseaux 3G. En pratique, les connexions devraient culminer à 40 Mbits (l’offre ADSL 2+ tourne autour des 28 Mbits). Si l’achat des licences 4G a fragilisé les finances des opérateurs, ils devront tout de même répondre à une demande des consommateurs en proposant rapidement des offres 4G.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
9 commentaires
    Votre commentaire
  • WilDrake@guest
    SFR Grand gagnant ??? Y'a comme un bug dans votre compréhension des fréquences, SFR est celui qui a payé le plus pour la même chose que Orange est Bouygues.
    Par comparaison Bouygues a payé 600Millions alors que SFR a payé 1 Milliard pour la même quantité de spectre. Car les bloc B et C ne faisait que 5Mhz.

    SFR est le grand perdant il a payé globalement le plus et en plus il est celui qui a le moins de fréquences courte (2.6 Ghz) obligatoire pour une bon débit en zone dense, en gros si vous habité en ville oublier SFR car c'est celui qui aura le débit le plus faible.

    Qu'en a Free il sera le premier opérateur 4G en France en utilisant la bande de fréquence en 2.6Ghz qu'il a obtenu en novembre.
    1
  • darkychon@guest
    pas si sur attendons de voir ...
    0
  • anon42@guest
    Les fréquences courtes ne sont pas "obligatoires en zones denses"

    Par contre en effet SFR est bien le grand perdant (au moins des 3 opérateurs mobiles historiques) contrairement à ce qu'indique l'article
    0