Pour la 3G, Free Mobile devra se passer d'Orange avant 2018

L’Autorité de la concurrence a remis son avis concernant Free Mobile et le contrat d’itinérance qui le lie à Orange. La société de Xavier Niel devra ainsi déployer son propre réseau 3G, et mettre fin à l’accord qui la lie à l'opérateur historique depuis 2012. Free a jusqu’en 2016 ou en 2018 pour le faire. « L'itinérance dont bénéficie Free a permis d'animer la concurrence dès son entrée sur le marché. […] Elle doit cependant être bornée dans le temps. Elle doit rester transitoire car elle présente des risques concurrentiels".

En revanche, pour la 2G, l’Autorité de la concurrence estime que Free n’a pas d’obligation à déployer une technologie vieillissante. En conséquence, l’opérateur pourra poursuivre son contrat après 2016. Néanmoins, l’autorité précise que seuls les clients équipés de téléphones qui ne sont ni 3G ni 4G pourront se connecter aux antennes relais 2G. L’autorité de la concurrence craint en effet que les antennes 2G soient utilisées en cas d’engorgement par les smartphones 3G et 4G, et que Free trouve là un prétexte pour limiter le déploiement des antennes 3G et 4G.

Dernier point : le déploiement 4G. Là-dessus, l’Autorité de la concurrence se montre moins flexible. Rappelons que Free ne possède pas de fréquences dans la bande des 800 MHz et que l’opérateur va devoir contracter un accord avec un autre opérateur comme SFR. L’Autorité estime que Free n’a pas suffisamment montré sa volonté d’investir au moment des enchères, et que l’opérateur doit en faire les frais. Selon l’Autorité, une  nouvelle allocation de fréquences est donc souhaitable, plutôt qu’un accord d’itinérance.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
    Votre commentaire
  • pasgeek
    Ok; il va falloir que Free et Nuel mettent la main à la poche. Ils ont bénéficié d'un système mis en place par les pouvoirs publics très avantageux pour eux?. Stop maintenant. Je souhaiterais que des personnes compétentes, c'est à dire qui travaillent vraiment dans le secteur de la téléphonie mobile, lisent attentivement le rapport et en fassent la critique, positive ou négative. Pour ma part, je ne suis pas un spécialiste, j'y ai trouvé beaucoup de choses intéressantes, mais aussi ce qui me semble être des approximations voire des contradictions. Je passe sur la forme: là, il y aurait beaucoup à redire. La langue française n'y trouve pas son compte. MM les spécialistes, merci par avance.
    0