Le père d'Internet plaide pour la neutralité

Vint Cerf, un des créateurs du protocole TCP/IP à la base du réseau des réseaux, craint pour le futur du Web. Il vient de demander au Congres américain de songer à un projet de loi interdisant la discrimination des sites et accessoires informatiques concurrents des grands FAI. « Le Congres se doit d'empêcher les principaux fournisseurs d'accès de favoriser leurs propres services en ralentissant l'accès à ceux de leurs rivaux ou en faisant payer des charges pour une meilleure vitesse [de chargement]. », a-t-il déclaré.

Une menace sur l'innovation

« Notre engagement envers nos clients, notre engagement envers vous est le suivant : nous ne bloquerons, reproduirons infidèlement ou ne dégraderons aucun contenu, application ou service », se défend Walter McCormick, Président et Chef Exécutif à United States Telecom Association (USTA) et porte-parole des grands noms parmi les providers.

Cette promesse ne satisfait par celui dont la notoriété l'a porté jusqu'au poste de Vice-Président et, tenez-vous bien, 'd'Internet Evangelist', pour Google. Il a donc demandé au Commité Sénatorial du Commerce de la Science et du Transport d'adopter la 'Net Neutrality Law' (Loi de Neutralité du Net) obligeant les majors à laisser le choix aux consommateurs :

- d'aller sur n'importe quel site légal (éviter les portails imposés);
- de disposer du droit d'installer n'importe quel périphérique ou accessoire légal (comme choisir son modem) ;
- lancer n'importe application légale sur leur propre réseau (interdisant le bridage des flux de P2P).

Le contraire est non seulement une attaque aux libertés du consommateur, mais faire payer des charges ou exclure des créations concurrentes pourrait rapidement miner les initiatives des petites sociétés. L'homme de science et de politique s'attache à préserver la possibilité de voir demain naître les nouveaux Yahoo!, Amazon ou Google. Or quelques associations de consommateurs rappellent que ce dernier s'est vu récemment menacé par AT&T and Verizon Communications de devoir payer pour chaque abonné qu'y se connecte. Certes le moteur de recherche n'est plus vraiment une start-up, mais dans le domaine du service virtuel ce sont ces marges sur les détails qui font la différence entre une entreprise rentable et en sursit.

Un exemple au hasard

Dans le Washington Post, le Vice-Président de Verizon et Député du Conseil Général John Thorne se déclare floué par ce qu'il appelle « a free lunch » (un repas gratuit) et ajoute : « La construction et la maintenance du réseau a coûté une fortune et Google trouve normal de le parcourir avec rien d'autre que des serveurs bon marché. ». Quelques Sénateurs démocrates critiquent un tel argumentaire, et soulignent que ce repas est loin d'être gratuit puisque chaque abonné paye son tribut à un fournisseur d'accès chaque mois pour faire ses recherches. Effet balance de la politique américaine, les républicains rétorquent que les libertés sur Internet doivent pouvoir être compensées par la possibilité pour les FAI de faire de l'argent.

Et de l'argent il y en a avec 24 milliards de pages indexées pour plus de trois millions de requêtes par jour. On notera que comme à son habitude, le leader des indexeurs se place au centre d'un débat moral et légal. Inutile de se demander pourquoi il ne fait jamais de publicité...

Sources : TechWorld
Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
8 commentaires
    Votre commentaire
  • farfadet_1er
    Waaa je retrouve Google cité tant de fois dans tant de sujet lié au net, qu'un jour on ne diras "bon jvais faire un truc sur le net", mais "bon jvais sur google"...

    Voici venu l'ére de la Googlelisation :-D
    0
  • isatis39871
    Lol. Oui, ça me manquais depuis hier alors je me suis dit je vais le caser.

    On devrait tenir une rubrique rien qu'avec les article lié à Google... OU faire unr chronique pour les historiens plus tards, qui hallucinerons devant la progession du rat-moteur de laboratoire à multinationale tentaculaire.

    Bon, tant que Google garde sa politique de respect des clients, j'approuve. Mais il n'est pas bon de centraliser trop de pourvoir.
    0
  • calfou
    moi je kif google et tout ce qui va avec...
    0