La vérité sur la pollution des moteurs de recherche

Un chercheur de Havard vient de pousser un coup de gueule contre le Sunday Times qui a mal cité son étude. Elle portait sur la pollution d'Internet et ne visait pas Google.

Les spéculations

Nous vous rapportions cette étude dans notre actualité « Chercher sur Google pollue ». Le Sunday Times, repris par la BBC, rapportait que l’étude d’Alex Wissner-Gross prouvait que deux recherches sur Google généraient autant de dioxyde de carbone qu’une bouilloire en action.

20 mg de CO2/s

Or, l’auteur explique aujourd’hui que son étude ne mentionne Google que pour dire que le géant dispose de grands centres de données qui ont un impact sur l’environnement, mais l’étude en elle-même se concentre surtout sur l’Internet en général sans réellement se focaliser sur un site en particulier. Il explique que ses résultats montrent que surfer sur Internet génère 20 mg de CO2 par seconde. En ce qui concerne, Google et l’histoire de la bouilloire, le chercheur ne sait pas comment les journalistes du Sunday Times sont arrivés à ce genre de conclusion.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
43 commentaires
    Votre commentaire
  • ismaelilias
    Ca y est, on a trouvé l'imbécile ! Heureux que, sur le fond, cette étude soit sérieuse. Si quelqu'un y a accès, ça pourrait être intéressant de savoir ce qu'il s'y dit.
    0
  • kidounet
    déja, la bouilloire ne fait chauffer que de l'eau, et de l'eau ça ne produit guère plus que de la vapeur d'eau.
    à moins qu'ils parlent de l'energie nescesaire pour la faire chauffer ... gaz ou électricité ? (et là effectivement il y aurait sand doute du CO2 dans l'affaire) ^_^
    -1
  • Sundevil
    Bien sur que ça produit du co2 de surfer, et alors ? Dois retourné à l'age de pierre pour ne plus polluer ?
    0