JO : les photographes remplacés par des robots

Les Jeux Olympiques, ce ne sont pas que des athlètes exceptionnels venus de tous les horizons du globe. Ce sont aussi des milliers de journalistes et photographes pour des millions d’articles et de photos de l’événement planétaire. Reuters prend cette année le pari de la technologie pour couvrir les JO de Londres. L’agence de presse a ainsi installé 11 robots photographes à des endroits normalement inaccessibles aux humains.


Accrochés aux plafonds des stades, jusqu’à 30 mètres de haut, ils seront pilotés par un photographe (humain) au sol, muni d’une télécommande via un joystick. Chaque appareil est équipé de trois objectifs : un 24-105mm, un 70-200mm et un téléobjectif. Ils seront juchés sur un pivot sur trois axes et il sera possible de contrôler vitesse d’ouverture, sensibilité à la lumière et taille de l’image. Chaque photo sera envoyée au fil Reuters pour être ensuite être éditée.


Athlétisme, gymnastique mais aussi taekwondo


« Sur n’importe quel événement sportif, quand il n’y a pas de place pour le photographe, ou si on a besoin de capturer un moment d’une autre perspective, on peut utiliser une technologie télécommandée. On voulait rendre possible l’impossible, tout comme les athlètes des Jeux olympiques », raconte Fabrizio Bensch, l’un des deux inventeurs de ces appareils sur le blog de Reuters.


Ces 11 appareils sont prévus pour prendre des photos de ping-pong, taekwondo, boxe, escrime ou encore haltérophilie par exemple. Bien sûr, d’autres disciplines en profiteront, comme le basket, la gymnastique ou encore l’athlétisme comme le montre la photo ci-dessus prise en 2011 lors des championnats du monde d’athlétisme.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire