Les conséquences du drame japonais sur l'industrie high-tech

Suite au Tsunami qui a frappé le Japon les constructeurs japonais communiquent les uns après les autres sur l’état de leurs usines. Les incidents à la centrale nucléaire de Fukushima, qui font suite au séisme, ont également une incidence sur la production d’électricité, et certaines usines ne peuvent plus produire correctement les produits. Sony fait aujourd’hui le point sur ses différentes usines.

La production des sites de Tagajyo (bandes magnétiques, Blur-Ray), Nakada/Toyosato (lecteur optiques), Siroishi (semi-conducteurs laser), Koriyama et Motomiya (Batteries secondaires au Lithium) et Ibaraki (CD, DVD) est suspendue. À noter que la production d’enregistreurs Blu-Ray et systèmes audio, construits à Kisarazu, est pour le moment intermittente. Par ailleurs, les site suivants sont régulièrement suspendus en raison du manque d'approvisionnement de certaines pièces : Kosai (Équipements professionnels), Kohda (caméras, appareils photo numériques), Minokamo (optiques pour appareils photo réflex, téléphones portables) et Inazawa (TV LCD).

Canon et Nikon suspendent leur production

Chez Nikon, une usine (Mito) a totalement stoppé sa production et sept ateliers (Sendai, Miyagi, Zao-machi, Otawara - 3 sites différents - et Nasukarasuyama) de constructions ont été fermés suite au tremblement de terre. Le fabricant d’appareils photo espère reprendre la production de ses produits d’ici la fin du mois. De son côté, Canon rencontre des problèmes de pénurie d’essence qui affecteront la livraison de ses produits jusqu’à jeudi 24 mars au moins.