Légalité des Linker DS : Nintendo fait appel

Le 3 décembre dernier, les linkers DS sont devenus légaux en France. Nintendo, qui souhaite protéger sa console portable du piratage, a tout naturellement fait appel à cette décision du TGI de Paris.

Le piratage n'est pas un raison suffisante, selon le TGI

Le procureur de la République s'est joint à la firme de Kyoto dans cette démarche. Le Tribunal de Grande Instance avait jugé que les utilisateurs devaient pouvoir créer librement leurs applications sur NIntendo DS. Pour lui, qu'un linker permette de commettre des actes répréhensibles ne signifie pas qu'il est illégal.

Protéger la demande de l'utilisateur...

En effet, rappelons que les linkers permettent de stocker de nombreuses copies pirates de jeux DS sur une seule cartouche grâce à une carte microSD insérée dans celle-ci. Pour Nintendo, « la contrefaçon des droits de propriété industrielle et intellectuelle [...] porte gravement atteinte à l'ensemble de la chaîne de valeur de l'industrie du jeu vidéo [...] ainsi qu'aux utilisateurs qui attendent des produits portant la marque Nintendo le plus haut niveau de qualité et de fiabilité ».

Désormais, c'est au tour de la Cour d'Appel de statuer sur le sort futur des linkers. Quoi qu'en soit le résultat, il restera toujours à régler le problème des linkers expédiés depuis l'étranger, Honk-Kong en tête.

Nintendo DS : les linkers ne sont pas interdits en France