DRM : Macrovision publie sa réponse à Steve Jobs

image sur les DRMLa lettre ouverte de Steve Jobs n’aura décidément laissé personne indifférent. Quelques jours après sa publication sur le site d’Apple, les réactions affluaient de toutes part, du bloggeur au patron d’une grande entreprise, tout le monde donnait son avis sur les mots du grand patron d’Apple (cf. notre actualité : Lettre de Steve Jobs : la réponse ne s’est pas faite attendre). Aujourd’hui, Macrovision, l’un des principaux éditeurs de DRM, donne son avis sur la question.

Le berger dit à la bergère...

Macrovision a donc publié sa propre lettre ouverte sur son site afin de répondre à Steve Jobs. Et c’est le président de la société, Fred Amoroso, qui s’essaie à l’exercice. Il va donc, dans sa lettre, aller contre les arguments développés par Jobs, et contredire son récit en développant à son tour quatre points selon lesquels les DRM doivent continuer d’exister comme on les connaît :

  • Les DRM ne se limitent pas à la musique Il attaque en effet le président d’Apple sur le fait que sa vision des choses se limite à la musique et aux contenus téléchargeables en ligne. Or, les DRM concernent également beaucoup d’autres médias et d’autres plateformes pour lesquels des solutions aussi radicales ne seraient pas applicables aussi facilement qu’il le prétend.
  • Les DRM augmentent la valeur du produit au lieu de la réduire Il explique que la seule raison pour laquelle le piratage est si important aujourd’hui, c’est parce que les DRM ne sont pas encore suffisamment bien déployés sur le marché. Il faut donc accélérer le processus en cours et passer tous les contenus protégés par droits d’auteurs sous DRM afin d’étouffer le piratage à sa source.
  • Les DRM vont augmenter la vente en ligne Selon-lui, les ayant-droits n’ont aucun intérêt à accepter d’être distribué sur un service en ligne ne proposant pas de protection par DRM. Les DRM sont pour lui un ingrédiant primordial pour le succès de la vente de contenus en ligne et un argument important pour convaincre les investisseurs et les ayant-droits. Il estime que la vente de contenus en ligne sans DRM va vite devenir une porte ouverte au piratage.
  • Les DRM ont besoin d’être interopérables et ouverts Il termine enfin en précisant qu’il est d’accord avec Jobs sur un point, celui de l’interopérabilité. Cette interopérabilité pourra entre autres permettre d’uniformiser ce système de protection, facilitant ainsi les mises à jour, mais permettront également au consommateur de partager plus facilement un contenu entre tous ses appareils électroniques, quelle que soit leur marque.

Lire la réponse de Macrovision à Apple

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
13 commentaires
    Votre commentaire
  • H-hich
    Citation:
    Les DRM augmentent la valeur du produit au lieu de la réduire


    Si j'ai le choix entre une musique a 1€ avec DRM ou la meme a 2€ sans DRM mon choix est tres vite fait pour celui a 2€...
    0
  • Yoyo4Ever
    Quel ramassis de conneries. De toute manière, à en croire cette réponse, il n'y a que du bon dans les DRM ... Or on saurait faire une liste d'arguments contre 100 fois plus grande que celle d'arguments pour.

    Leur idée de rester objectif est un peu foireuse car quand on argumente sur quelque chose, il faut bien sure envisager le pour et le contre ...
    En tout cas, cela permet de bien voir de quel côté ils sont lol
    0
  • kleuck
    A l'heure actuelle : les plus gros consommateurs de produits sans DRM sont aussi les plus gros acheteurs de produits multimedias tout court.
    Lorsqu'on propose (cf Fnac) des CD ou fichiers sans DRM ou à un prix plus réaliste il s'en vends 3 ou 4 fois plus.
    CQFD
    0