La recette magique de Pixar : des maths et du talent

Le studio d'animation Pixar s'est forgé une solide réputation en terme de films d'animation. Ses œuvres sont d'ailleurs pour la plupart de véritables succès. À l'occasion d'une conférence sur « Les mathématiques dans les films », Tony DeRose, actuellement à la tête du département recherche du groupe, donne quelques-uns des éléments nécessaires à cette réussite.

Les images de synthèse telles que nous les voyons sont le fruit d'un travail énorme travail d'animation, ce qui en soit n'est pas nouveau. Mais ce qu'explique Tony DeRose, c'est que tous les éléments dans les films disposent de leurs propres lois physiques, dérivées des principes arithmétiques et géométriques. Ces concepts ne peuvent être appréhendé qu'avec une base solide en mathématique de manière à les traduire sur le plan logiciel.


Un conseil : travaillez vos maths


Un liquide par exemple ne réagit pas de la même manière qu'un gaz ou qu'un cheveu. Pour le film Rebelle (Brave en VO), la chevelure du personnage principal a nécessité à lui seul la création d'un nouveau moteur physique, capable de gérer les innombrables boucles qui la compose. Au total, ce ne sont pas moins de 100 000 éléments gérés individuellement qui contribuent à rendre l'ensemble réaliste.

Celui qui est également docteur en informatique avec une spécialité en physique computationnelle et accessoirement professeur d'informatique et d'ingénierie à l'université de Washington profite donc du déplacement pour faire comprendre aux aspirants animateurs et concepteur que les mathématiques ont de fortes chances de les emmener là où ils souhaitent.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
    Votre commentaire
  • boub popsyteam
    Pour Brave ils avaient un atout de taille: IQ / RGBA ;)

    Les maths comptent, savoir coder et optimiser aussi, vive la demoscene !!
    0