Microsoft lance une pétition contre GMail

Il y a quelque temps, Microsoft lançait une campagne publicitaire très agressive envers Google, dans le but de promouvoir son service mail. S’attaquant à GMail et à sa gestion de la vie privée, Microsoft lance désormais une pétition à l’encontre du géant du Web.


On se souvient de « GMail Man », la campagne de Microsoft sortie fin 2011 dans laquelle Microsoft grimait le service de Google dans un personnage curieux de lire le courrier de tous ses clients. Depuis, les choses ne se sont pas calmées entre les deux marques, et Microsoft continue de dénoncer les pratiques de Google, notamment avec une campagne « Scroogled » en 2012. En 2013 c’est une pétition que la marque lance, pour « demander à Google de cesser de consulter les mails pour vendre de la pub ».


« Google gagne de l’argent en violant notre vie privée », attaque la pétition, qui masque à peine la publicité pour le service de Microsoft : « Chez Outlook, nous mettons la vie privée en avant, mais même si vous n’utilisez pas GMail, Google peut toujours consulter les mails que vous envoyez à un utilisateur de GMail pour lui vendre de la publicité. » Bref, le message est clair : Microsoft met clairement en avant le fait que Google s’octroie un droit de regard sur les mails envoyés et reçus par ses utilisateurs, et invite donc même ceux qui n’utilisent pas le service à signer la pétition. Près de 2000 signataires ont déjà répondu à cet appel.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
7 commentaires
    Votre commentaire
  • Patrick Plante
    J'aimerais bien savoir combien de ces 'signataires' travaillent actuellement on ont un amis ou quelqu'un de la famille travaillant chez Microsoft....
    0
  • aze555666
    Les mails reçus passent forcément dans la moulinette du fournisseur de service mail, ne serait-ce que pour la détection de spams.

    Concernant GMail, la moulinette en question récupère au passage quelques mots clés pour la publicité ciblée. En quoi cela change-t-il réellement quelque chose par rapport à la vie privée ?
    Si c'est le fait que les mails soient analysés qui est un problème, alors le problème est le même partout (je le redis : ne serait-ce qu'à cause des anti spams).

    Maintenant, je ne pense de toute façon pas que cette analyse puisse poser un problème de vie privée. Avec tous les problèmes (potentiels ou réels) de vie privée qui peuvent se poser sur internet, les paranoïaques de la vie privée (ils sont nombreux dans les commentaires de news) ont très vite fait de tout mélanger et de ne plus discerner manipulation de données privées par la machine, diffusion de données privées, utilisation abusive de données privées, atteinte réelle à la vie privée, ou problèmes de confidentialité.
    En l'occurence, l'analyse des mails serait pour moi dans la case "manipulation de données privées par la machine", rien de plus. Et c'est inévitable (à moins de monter son propre serveur mail) : le service est au minimum obligé de faire "je reçois telles données, je les recopie en base pour qu'elles soient visibles par l'utilisateur". Les analyse qui sont insérées dans la processus ne sortent pas de la simple manipulation (nécessaire ou non) de la donnée. Et d'ailleurs aujourd'hui on apprécie ces analyses : anti spam, filtres personnalisés ... ou pub ciblée.
    Le point important est qu'il s'agit d'une manipulation automatique. Il n'y a pas une armée d'employés chez Google (ou Microsoft) chargée de scruter les mails pour trouver des données privées à lâcher dans la nature ou à retourner contre leurs propriétaires. Évidemment ça serait techniquement possible, les mails étant quelque part dans les bases de données, mais là encore l'analyse pour la pub ciblée n'y change rien (et le type qui ferait la consultation risquerait a) de se faire virer b) des problème avec la justice). Seule solution à nouveau : votre propre serveur mail, pas Outlook.
    0
  • pikanaz
    aze555666Les mails reçus passent forcément dans la moulinette du fournisseur de service mail, ne serait-ce que pour la détection de spams.Concernant GMail, la moulinette en question récupère au passage quelques mots clés pour la publicité ciblée. En quoi cela change-t-il réellement quelque chose par rapport à la vie privée ?Si c'est le fait que les mails soient analysés qui est un problème, alors le problème est le même partout (je le redis : ne serait-ce qu'à cause des anti spams).Maintenant, je ne pense de toute façon pas que cette analyse puisse poser un problème de vie privée. Avec tous les problèmes (potentiels ou réels) de vie privée qui peuvent se poser sur internet, les paranoïaques de la vie privée (ils sont nombreux dans les commentaires de news) ont très vite fait de tout mélanger et de ne plus discerner manipulation de données privées par la machine, diffusion de données privées, utilisation abusive de données privées, atteinte réelle à la vie privée, ou problèmes de confidentialité.En l'occurence, l'analyse des mails serait pour moi dans la case "manipulation de données privées par la machine", rien de plus. Et c'est inévitable (à moins de monter son propre serveur mail) : le service est au minimum obligé de faire "je reçois telles données, je les recopie en base pour qu'elles soient visibles par l'utilisateur". Les analyse qui sont insérées dans la processus ne sortent pas de la simple manipulation (nécessaire ou non) de la donnée. Et d'ailleurs aujourd'hui on apprécie ces analyses : anti spam, filtres personnalisés ... ou pub ciblée.Le point important est qu'il s'agit d'une manipulation automatique. Il n'y a pas une armée d'employés chez Google (ou Microsoft) chargée de scruter les mails pour trouver des données privées à lâcher dans la nature ou à retourner contre leurs propriétaires. Évidemment ça serait techniquement possible, les mails étant quelque part dans les bases de données, mais là encore l'analyse pour la pub ciblée n'y change rien (et le type qui ferait la consultation risquerait a) de se faire virer b) des problème avec la justice). Seule solution à nouveau : votre propre serveur mail, pas Outlook.

    Pas moi !
    -1