La fondation Mozilla lance une pétition contre le PRISM

Le scandale du PRISM n'en est qu'à ses débuts. Nous vous en parlions la semaine dernière, les journaux The Washington Post et The Guardian ont dévoilé des documents indiquant que le FBI et la NSA espionnent depuis un certain temps les données des utilisateurs étrangers (comprendre, non-américains) de plusieurs services sur Internet tels que Google ou encore Facebook. Une affaire plus compliquée que prévu, puisqu'une loi, la FISA, autorisant cette surveillance a été votée par le Congrès américain.

La fondation Mozilla s'attaque au problème à sa façon avec la création d'une coalition : Stop Watching US. Un site dédié a été mis en ligne pour l'occasion à l'adresse StopWatching.Us. L'idée est d'abord de cellulaire un maximum de signature afin de présenter une pétition exhortant au Congrès américain de dévoiler l'intégralité du programme d'espionnage.

"Un web libre et ouvert devient intenable"

Le responsable de la vie privée de la fondation, Alex Fowler, a précisé à l'occasion d'une conférence téléphonique que « lorsque les utilisateurs craignent une surveillance gouvernementale … un web libre et ouvert devient intenable », ajoutant que Mozilla ne veut pas "d'un internet où tout ce que nous faisons est secrètement tracé ou enregistré par des entreprises ou gouvernements".

Pour l'instant, un total de 27 000 signatures a été collecté. Parmi celles-ci, on note la présence de l'acteur John Cusack, du site reddit ou encore de l'association Greenpeace USA. Un bref texte a même été ajouté sur la page d'accueil et de recherche du navigateur internet Firefox, vu par la plupart de ses utilisateurs.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
    Votre commentaire
  • blaisepalmer
    de quoi parle t-on ?un web libre n'a jamais existé ;on a toujours été espionné par les services de renseignements des même pays qui sont à l'origine des outils de technologie que nous utilisons ;nombreux sommes nous utilisateurs mais ne sachant pas en réalité que ces outils fonctionnent sous des programmes et des protocoles de leurs concepteurs
    0