Newsgroups : Allonews fermé, pirate condamné

Jean-Luc P., 23 ans et responsable du fournisseur d'accès aux Newsgroups Binaires AlloNews, a été interpellé à Grenoble la semaine dernière par les cybergendarmes marseillais. Outre le fait d'ouvrir les vannes du téléchargement illégal, il aurait, par la même occasion, donné accès à des contenus pédopornographiques.

Des risques majeurs

Tous les FAI offrent un accès aux Newsgroups, mais bloquent par défaut ceux qui hébergent des contenus illégaux. En pratique, cela n'empêche pas l'internaute de se tourner vers un fournisseur alternatif tel que AlloNews afin de profiter du téléchargement illégal. Néanmoins, cette pratique met le jeune pirate, étudiant en école de commerce, face à deux condamnations possibles : celle pour violation des droits d'auteur (300 000 € et 3 ans de prison ) ainsi que celle concernant la diffusion d'images pornographiques (45 000 € et 3 ans de prison).

Une affaire rentable

Pour le moment, seule une caution a été réclamée. S'élevant à 100 000 €, elle correspond aux fonds saisis sur les comptes du pirate présumé. C'étaient les économies qu'il avait réalisées depuis la création de son affaire, il y a un an. Allonews lui rapportait 5000 euros par mois. L'atout du contrat qu'il proposait aux internautes était le compromis entre la qualité du service et un abonnement allant de 1,80 € à 5 €. Généralement, ce type de fournisseur facture plutôt ses prestations entre 15 et 50 € par mois. La Sacem, qui s'est portée partie civile dans le procès de Jean-Luc P., n'a pas souhaité s'exprimer avant la fin du jugement.

Un souci de délocalisation

Jusqu'alors, seul le Peer-to-peer était tombé sous le coup de la justice. La raison : les serveurs hébergeant les Newsgroups binaires illégaux en France, sont situés à l'étranger. Le pirate, originaire de Mimet (13), était en train de délocaliser son dernier serveur à l'étranger (Belize, Amérique du Sud) lorsqu'il a été pris la main dans le sac. Un mauvais pressentiment, lui avait fait fermer tous ses serveurs depuis le 5 septembre. C'était déjà trop tard, l'enquête de la police étant déjà très avancée à cette époque.

Comment télécharger sur les Newsgroups

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
6 commentaires
    Votre commentaire
  • brakbabord
    L'article regorge de verbes au conditionnel, j'espère que les policiers sont plus sûrs d'eux et qu'ils auront quelque chose de solide à lui reprocher, sinon ce sera une preuve de plus que la pédophilie est un prétexte utilisé pour contrôler/censurer internet.
    0
  • flo_974
    "violation des droits d'auteur (300 000 € et 3 ans de prison ) ainsi que celle concernant la diffusion d'images pornographiques (45 000 € et 3 ans de prison)"

    regardez les montants... presque tout est dit.

    Mais les pirates "suisses" sont les bienvenus.
    2
  • gumgl
    Citation:
    C'étaient
    HAHAHA on aura tout vu sur ce site...
    le «c'» est une abbréviation de «ce», qui est singulier !
    1