Brevets : Nintendo condamné à 30 millions de dollars pour la 3D sans lunettes

Suite à la sortie de la 3DS, Seijiro Tomita, ancien ingénieur de Sony, a déposé plainte contre Nintendo pour violation de brevet. Le jugement vient d’être rendu. Nintendo a été déclaré coupable des faits qui lui sont reprochés.

A la retraite depuis 2002, Seijiro Tomita avait présenté en 2003 un projet d’écran 3D sans lunettes à Nintendo en prenant bien soin de préserver, au préalable, son invention par un brevet au Japon. Pour consolider ses droits, il avait déposé ce même brevet aux États-Unis en 2008, soit trois ans avant la sortie de la portable 3D de Nintendo.

En 2011, voyant que Nintendo sortait une console avec un écran 3D qui ne nécessitait aucune paire de lunettes, il avait alors intenté un procès à la firme nipponne. Il réclamait alors 9,80 $ par console vendue afin de réparer le préjudice qui, selon lui, s’élevait alors à 280 millions de dollars. Deux ans plus tard, c’est la Cour du district sud de New York qui a statué. Le verdict est tombé en la faveur de Seijiro Tomita. Nintendo est condamné à lui verser 30,2 millions de dollars de dommages et intérêts, soit un peu plus d’un dollar par console vendue.

Contacté par nos soins, Nintendo a déclaré que cette décision de justice n’aura « aucun impact sur les ventes de consoles ou de jeux. On peut supposer que les détails seront réglés entre les deux parties. » Aussi, Seijiro Tomita pourrait donc récupérer plus que 30,2 millions de dollars d’autant plus qu’il n’a pas encore porté plainte au Japon où il bénéficie également du même brevet. Une donnée qui entrera certainement dans les négociations avec Nintendo.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire