Jailbreak PS3 : Sony traîne les auteurs en justice

Sony vient d’assigner en justice George Hotz, mieux connu sous le pseudonyme de GeoHot, ainsi que plusieurs membres du groupe fail0verflow. Tous sont à l’origine du fameux jailbreak de la PS3 publié tout récemment, le constructeur invoquant le Digital Millenium Copyright Act (DMCA) américain.

Sony s'en prend aux hackers

Sony, qui voit ce jailbreak d’un très mauvais oeil sur sa console de salon, demande le retrait de tout « outil de contournement » des protections de sa console. La semaine dernière, GeoHot et le groupe fail0verflow ont publié les résultats de leurs travaux, qui leur ont permis de contourner efficacement les protections de la PS3 et de lancer un programme qui n’a pas été approuvé par le constructeur. Comme on l’imagine, cela ouvre la porte au piratage sur cette console, qui est restée à l’abri de cette pratique pendant près de quatre ans.

GeoHot a pourtant bien précisé, lorsqu’il a publié ses travaux, qu’il n’encourage pas le piratage. Il appelle même Sony ainsi que les autres constructeurs de consoles à le contacter afin de travailler avec eux à la sécurisation de leurs appareils. C’est toutefois un discours à double tranchant, puisque la simple publication de son travail ouvre la porte à des possibilités que Sony semble loin de vouloir admettre.