Les sites de Torrent continuent de fermer mais s'organisent

Le message affiché sur les sites fermésLe message affiché sur les sites fermés
Depuis la semaine dernière, le gouvernement américain a lancé une grande offensive contre des sites hébergeant des liens Torrent. C’est aujourd’hui plus de 70 d’entre eux qui sont ainsi fermés.

« Ce nom de domaine a été saisi par le service investigations du département de la sécurité intérieure (DHS) » : voilà ce qu’on peut désormais lire sur les sites incriminés par le gouvernement américain. « Toute atteinte volontaire au droit d'auteur est un crime fédéral qui expose les contrevenants à au moins cinq ans de prison, et une amende de 250 000 dollars » continue d’expliquer le message du DHS.

Débutée le 26 novembre dernier, l’opération est finalement bien plus importante que ce que l’on pouvait penser. D’une dizaine de sites le premier jour, ce sont désormais 70 d’entre eux qui sont fermés. La particularité de cette démarche des autorités américaines est qu’elle ne rentre pas dans le cadre du Digital Millenium Copyright Act qui défend habituellement le droit d’auteur aux USA. Selon la BBC, la police britannique serait elle-même en train de réfléchir à une telle solution de fermeture de sites en .uk étant « engagés dans une activité criminelle ».

La résistance s'organise 

Comme souvent avec les système de P2P, il en faut beaucoup plus pour les faire disparaitre. Ainsi les domaines fermés par les autorités sont en train de s'organiser autour d'un système de DNS décentralisé permettant d'utiliser la terminaison .p2p dans leurs URL. Ironie du sort, ce système sera en partie basé sur le protocole BitTorrent pour éviter qu'un tiers puisse identifier le DNS et le bloquer.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
15 commentaires
    Votre commentaire
  • kasu0
    C 'est leurs impots , pas les notres , un nouveau coup d'epée dans l'eau.
    0
  • Alrim
    Un système de DNS décentralisé basé sur le P2P ? En clair l'une des principales failles du réseau mondial qui trouverait une solution.

    Vous voyez, le P2P a du bon.
    0
  • Kenelm
    C'est pas forcément une bonne idée. Le P2P pose un gros problème : il peut facilement être détourné, et même désactivé. Simplement que la loi ne donne pas le droit à grand monde de le désactiver, et encore moins de le détourner, mais ça reste possible.

    Même chose pour les réseaux maillés que certains essaient de mettre en avant : de gros avantages, mais énormément d'inconvénients...
    0