Le RGI en suspend

Le Référentiel Général d’Interopérabilité doit définir les documents interdits, tolérés, recommandés et obligatoires dans l’administration. Son but et de permettre à tous de pouvoir communiquer sur un pied d’égalité quels que soient ses moyens ou les outils dont on dispose. La pérennité des données et l’interopérabilité sont aussi au centre des enjeux avec en finalité l’archivage et le respect du consommateur. Le document devait paraître autour de Noël dernier mais reste en attente dans les limbes des ministères.

La Direction Générale de la Modernisation, à l’aide des interventions d’internautes des quatre coins de la France, a remis son travail et n’est donc pas la cause du retard. Il ne reste plus, sur la liste des points de contrôle, que le Ministère délégué au Budget et à la Réforme de l’État puis le Premier Ministre. Contacté par Linuxfr, à l’initiative de cette information, le service de presse de Jean-François Copé ne semble au courant de rien.

Après 6 ans de travail, l’administration aurait pu enfin avoir une direction à prendre pour les communications virtuelles avec ses contribuables. A l’heure de l’e-administration, cela parait primordial, mais ce blocage n’invite pas à l’optimisme, surtout en cette période de débat houleux sur des DRM que le RGI conspue ouvertement.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire