La RIAA poursuivie en justice : le retour du bâton

Infos-du-Net.comCela fait maintenant bien longtemps que la RIAA (Recording Industry Association of America) a pris l’habitude de porter de nombreuses plaintes à tour de bras contre ceux que le syndicat qualifie de pirates numériques.
Dernièrement, ce sont pas mois de 750 plaintes qui ont été déposées contre des internautes américains de tous bords et de tous âges, portant le total d’américains poursuivis pour ce délit à près de 14 800.
Mais à force d’accuser à tout va, il faut bien s’attendre un jour à recevoir un retour de bâton qui peut faire mal.
C’est en effet le cas d’une internaute américaine de 42 ans qui s’est vue accusée au même titre que d’autres utilisateurs de la toile, mais qui tient à prouver son innocence, quitte à entrer dans un combat digne de David contre Goliath...

Quand la RIAA dérape...

Tanya Andersen, 42 ans, handicapée et mère d’une fille de 8 ans, s’est vue l’objet d’une poursuite judiciaire dans le cadre d’une énième opération visant à endiguer le piratage de musique sur Internet.
Le dossier indique que Mme Andersen aurait utilisé le login "gotenkito@kazaa.com" pour télécharger du "Gangster rap" à 4h24 du matin.
Le problème, c’est que Mme Andersen n’aime pas le "Gangster rap", ne connait pas le pseudonyme "gotenkito", et dort généralement à 4h24 du matin.
Pour enfoncer le clou, elle affirme n’avoir jamais téléchargé ni partagé de musique avec son ordinateur que ce soit du rap ou tout autre style.
Lorsqu’elle a contacté le service de règlement pour avoir des explications, elle a appris que son ordinateur avait été secrètement pénétré par des agents commandités par des maisons de disques, et que même si aucune activité de téléchargement illégale n’est finalement détectée, la plainte qui a été déposée ne sera de toutes manières pas levée, afin de ne pas encourager les autres accusés à tenter de se défendre de la même manière.

La meilleure défense est l’attaque

La seule solution pour Mme Andersen a alors été de guérir le mal par le mal en portant plainte à son tour contre la RIAA, qu’elle accuse de violations du droit à la vie privée, de fraudes, d’abus de procédures et "effractions électroniques".
Selon elle, MediaSentry, l’entreprise qui aurait espionné son PC, n’avait aucune permission de s’introduire de la sorte sur son ordinateur et aurait donc agi illégalement.
De plus, elle affirme qu’une plainte a été posée contre elle sans preuve ni même qu’une enquête n’ait été ouverte à son sujet, ce qui aurait pu dévoiler bien avant qu’il se serait agit d’une erreur.

Cette contre attaque en justice, si elle aboutissait, pourrait avoir comme bénéfice de calmer les ardeurs de la RIAA qui ne laissait jusqu’à maintenant aucun droit de parole aux accusés qui devaient simplement se contenter de payer des dommages et intérêts sous la menace de poursuites judiciaires plus lourdes.

Source : record ingindustry vs people
Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
22 commentaires
    Votre commentaire
  • jun
    Bah quoi ? On peut être handicapé et aimé le rap....
    0
  • Sundevil
    :ptdr: :ptdr: :ptdr: :ptdr: :ptdr: :ptdr: :ptdr: :ptdr: :ptdr: :ptdr: :ptdr: :ptdr: :ptdr: :ptdr: :ptdr:
    Je dirai que c'est bien fait pour leur g*****!!!!
    0
  • sparklegamer@IDN
    ah ca fait du bien, a mort la RIAA :pan: :plié: :pan:
    0