Début du procès pour la paternité de Facebook

En juillet dernier, Pail Ceglia, alors inconnu du public, créait la surprise en réclamant rien de moins que 84 % de parts de marché de Facebook. L’affaire a été portée devant la justice, et alors que l’audience s’est ouverte cette semaine, Facebook dénonce une escroquerie lancée par un repris de justice.

Facebook dénonce une escroquerie

« Ces poursuites sont une fraude, lancées par un repris de justice bien connu pour avoir arnaqué et escroqué d’honnêtes gens. Cette affaire est sa dernière escroquerie », a déclaré un porte-parole de Facebook. Le site ne s’était pas vraiment exprimé publiquement sur cette affaire, lancée il y a déjà trois mois.

Paul Ceglia affirme être un ancien ami de Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook. Selon lui, c’est un contrat signé en 2003 qui l’autoriserait aujourd’hui à réclamer 84 % des parts du site. Mark Zuckerberg, qui crie à l’escroquerie, se voit constamment ramené à son passé et à l’époque du lancement de son site, entre cette affaire et le film The Social Network, en salles cette semaine, qui n’est pas tendre avec le créateur de Facebook.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
7 commentaires
    Votre commentaire
  • Alrim
    Citation:
    En juillet dernier, Pail Ceglia, alors inconnu du public, créait la surprise en réclamant rien de moins que 84 % de parts de marché de Facebook.


    Je dirais que "de marché" est en trop dans cette phrase.
    Les parts d'une entreprise et les parts de marché sont des choses bien différentes.
    3
  • quecg2
    bon, qui dit la vérité ?
    1
  • smallseb
    Paul Ceglia s'il a le contrat qu'il clame, certainement. La question est, quelle est la défense que Mr. Z va donner à cela. Certainement un test graphologique, encore faut-il qu'il soit écris en partie à la main...
    0