SFR / Free : l'autorité de la concurrence s'oppose à une fusion

Vivendi cherche depuis plusieurs mois déjà à se détacher sa filiale de telecom SFR. Beaucoup de rumeurs se font entendre, entre un rapprochement avec Numéricable dans un premier temps, puis un second avec Free. Une information recueillie par BFM Business indique que la marque de Iliad et SFR auraient officieusement demandé l'avis de l'Autorité de la concurrence sur la question.

En décembre dernier, le président de l'autorité de la concurrence, Bruno Lasserre, déclarait à propos de SFR que « certaines configurations de rapprochement se heurteraient à un refus net de notre part. Elles seraient strictement impossibles. Nous veillerons à maintenir la concurrence. »


Un rapprochement impossible


Et visiblement, dans le cas d'une fusion SFR avec Free, Vivendi se retrouverait dans l'une de ces configurations. D'après les sources de BFM Business, l'autorité aurait expliqué qu'il était impossible d'accepter une telle fusion, principalement à cause du poids que prendrait le groupe sur les marchés du mobile et de l'ADSL.

Ne serait-ce que sur ce dernier point, le fruit de la fusion représenterait à lui seul la moitié du marché. Pour que Vivendi se sépare de SFR, l'une des solutions évoquées par BFM serait un rapprochement avec une structure plus restreinte … Numéricable, par exemple. De quoi relancer les rumeurs.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
4 commentaires
    Votre commentaire
  • H-hich
    Orange tiens bien a lui seul les 50%... Qu'un autre le fasse serait forcement mauvais ? Hum ok !
    -1
  • fullme
    Mais sincèrement c'est quoi ce pays à la con ? Deux boites veulent fusionner en quoi ça peut regarder l’état, lui tant qu'il touche ces taxes il à juste a fermer sa gueule !
    J'adore leur argument : " Nous veillerons à maintenir la concurrence." tant qu'il y'a deux sociétés qui proposent le même service la concurrence existe bande de troufions et comme Orange ne fusionnera pas de si tôt avec qui que ce soit ... tous les FAI pourraient se regrouper pour "contrer" Orange.(Bien que cella n'en vaille pas la peine)
    Moi je dis y'a de l'abus dans l'air, les gars de la commission c'est pas des actionnaires Orange ?
    -1
  • herwawan
    En fait, c'est justement parce qu'Orange possède quasiment 50% du parc de client ADSL que la fusion poserait problème. Il y aurait alors un véritable duopole, ce qui écarterait d'office tout autre acteur. Or c'est en multipliant les offres que le marché est stimulé et que les prix sont tirés vers le bas (exemple de Free dans les milieux de l'ADSL et de la téléphonie), l'inverse tend justement au contraire (cas typique des ententes entre opérateurs au début des années 2000).
    1