Spam par SMS : attention colis piégé


Qui n’a jamais reçu de SMS offrant monts et merveilles ? Désormais, ces messages reçus sur nos téléphones portables deviennent de plus en plus malins. Dernier exemple en date, un message vous indique que « Votre colis est à votre disposition... Pour confirmer votre adresse composez le... ».


Nous avons tenté d’appeler ce numéro, et par chance, après quelques appels sans réponse, nous sommes tombés sur une voix masculine. Après nous avoir demandé notre référence, il nous a été demandé de patienter. Finalement, il ne s’est absolument rien passé. Cinq minutes d’attente pour rien, ou plutôt pour enrichir notre interlocuteur. Car cet appel coûte 1,34 euro plus 34 centimes la minute de communication et toute l’opération tend à cet objectif : faire durer la communication le plus longtemps pour chaque « victime ».


Comment éviter les arnaques ?


Comment éviter d’en arriver là ? Tout d’abord, les indices indiquant une arnaque sont nombreux : le message envoyé depuis un téléphone portable, les fautes d’orthographe, le fait qu’il faille confirmer son adresse postale par téléphone et enfin le message en lui-même n’est pas terminé. Malgré cela, il n’est pas difficile d’imaginer que de nombreux abonnés vont tenter de composer le numéro.


Une fois l’arnaque repérée, il est conseillé de signaler le numéro (0899...) à un numéro spécialisé et dédié : le 33 700. Ce numéro a été mis en place par le gouvernement en 2008 en partenariat avec les opérateurs téléphoniques pour centraliser les alertes de messages abusifs par SMS. La manipulation est simple, il suffit de transférer directement son SMS à ce numéro, si possible sans commentaire avant ni après. Cette opération est gratuite pour les 3 grands opérateurs (Orange, SFR et Bouygues Telecom) et coûte le prix d’un SMS normal chez les autres opérateurs. 


Le 33 700, seule plateforme de signalement


Une fois le numéro signalé, le service 33 700 va travailler en partenariat avec les opérateurs pour remonter jusqu'à l’éditeur du numéro spécial exploité pour l’arnaque. Après un premier avertissement auprès de l’éditeur, l’opérateur pourra être amené à couper la ligne. Mais les opérateurs ne devraient-ils pas aussi travailler en amont ?


« Il est possible d’effectuer des déclarations sur le site de Bouygues Telecom, qui vont être renvoyées au 33 700 », nous confie Olivier Belma, Responsable Fraude et Revenue Assurance chez l’opérateur téléphonique. « Nous avons fait le choix d’un seul moyen de signalement car cela permet de centraliser et de communiquer avec les éditeurs qui hébergent ces spams. » Il n’y a en réalité pas de système de détection de ces « faux » numéros, seule une politique de signalement est adoptée par les opérateurs.


On peut cependant se demander si les opérateurs ne profitent pas indirectement de ces fraudes : les infrastructures et les forfaits des abonnés sont exploités et rapportent donc de l’argent à Bouygues Telecom, Orange, SFR et consorts. « Mais ce sont des revenus que l’on ne souhaite pas. Ce n’est pas du “bon” chiffre d’affaires car on peut gagner, mais on peut aussi perdre de l’argent en cas de surexploitation de notre réseau », se défend Olivier Belma.


Des pistes de détection inexplorées


« Il y a une autre piste, utilisée dans d’autres pays, qui pourrait permettre d’anticiper ces arnaques : en tant qu’opérateur, nous pourrions analyser le contenu des SMS pour détecter d’éventuels numéros frauduleux. Mais la CNIL ne l’autorise pas », explique le responsable de ce type d’attaques chez Bouygues Telecom. Et pour cause, cela reviendrait à autoriser les opérateurs à jeter un oeil sur chaque message envoyé sur son réseau. Or la CNIL considère cela comme une intrusion trop importante dans les données des abonnés.


Pour Cyril Brosset, journaliste au sein de l’association de consommateurs UFC-Que Choisir, la méfiance est de mise : « Dès qu’on vous demande d’appeler un numéro surtaxé, il s’agit d’une arnaque dans 9 cas sur 10 ». L’optimisme est cependant de mise chez Bouyges Telecom : « On a l’impression que le taux de réponse est de plus en plus faible. Les gens répondent moins : en 2011, on a relevé un taux proche de 0,1% de réponses seulement ».


« Les éditeurs sont très créatifs »


Un optimisme qui n’est pas vraiment partagé par Dominique Martin, de la Fédération Française des Telecoms : « Les éditeurs sont très créatifs, ils trouveront toujours de nouvelles inventions ». Sans compter que certains éditeurs sont basés à l’étranger ce qui entraîne un certain nombre d’intermédiaires et brouille les pistes pour les opérateurs.


Mais comment les arnaqueurs trouvent-ils les numéros visés ? Soit au hasard, soit via certains annuaires téléphoniques. Il faut savoir que chaque nouvel abonné est inscrit automatiquement à l’annuaire universel. Il faut faire la démarche, sur son espace personnel, de décocher son nom de cette liste pour ne plus y paraître. Mais même lorsque cette étape a été suivie, il n’y a pas de solution miracle pour éviter ce type de désagrément. Il n’y a même pas de solution de dédommagement envisagée une fois la fraude avérée.


À l’UFC-Que Choisir, on pense que de nouvelles formes de fraudes vont encore faire leur apparition. « Ces derniers temps, on a même été prévenus de cas de faux avis de passage de la Poste dans la boîte aux lettres : il faut alors appeler un numéro encore une fois surtaxé », raconte Cyril Brosset.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
2 commentaires
    Votre commentaire
  • MAITREYOME
    Mais franchement : faut pas être super futé quand même pour répondre à ces conneries.

    Le spam n'existera plus le jour où les gens réfléchiront un peu plus loin que le bout de leur nez en les ignorant.
    0
  • super_arnaud
    J'ai déjà reçu un ping-call (on te bip en 0899.. pour que tu rappelles) sauf que je décroche plus vite que mon ombre.
    Avant c'était un message genre "bravo vous avez gagné.. " et ça raccrochait.
    Maintenant, c'est la voix d'un mec qui dit "Allo? Allo ?" genre il ne m'entend pas suite à un problème de réseau.. Ca raccroche. Et là, la tentation est grande de rappeler si on tombe dans le panneau..
    0