Les BlackBerry mis sous surveillance


L’Information Warfare Monitor, un centre de recherche canadien, vient de mettre sous surveillance Research in Motion (RIM), le fabricant des célèbres BlackBerry. Le but de l’opération est d’identifier les concessions faites cet été par RIM aux gouvernements qui souhaitent officiellement lutter contre le terrorisme (Inde, Arabie saoudite et Emirats arabes unis).

Tous les possesseurs de BlackBerry peuvent participer à l’opération RIM Check en se connectant sur le site dédiée à l’opération. Ils sont mêmes indispensables puisque l’Information Warfare Monitor compte analyser les données collectées ainsi anonymement. Cela permettra aux chercheurs de voir les différences d’acheminement des données selon les pays. «RIM considère que les négociations avec les gouvernements sont secrètes, tout en affirmant proposer les mêmes termes à tous les pays. Si c'est le cas, pourquoi les négociations sont-elles secrètes ?» relève professeur Ron Deibert, créateur du projet.

Cette initiative est saluée par Reporters sans frontières. L’ONG estime que le centre de recherche pourra ainsi «suivre le trafic de données des BlackBerry et faire la lumière sur le degré de sécurisation de la transmission des données via ces smartphones».