Un Français sur deux télécharge illégalement sur Internet

L’Hadopi a rendu publique une étude où un internaute français sur deux déclare consommer des biens culturels de manière illicite.

Dévoilée à l’occasion du Midem qui se déroule en ce moment à Cannes, l’étude menée par la haute autorité (PDF) montre aussi que 29 % d’entre eux téléchargent illégalement depuis moins de six mois, soit depuis la date de sa création. La réalité de l’usage illégal est plus nuancée lorsque l’on entre dans le détail, 13 % des internautes le font régulièrement, tandis que 36 % le font occasionnellement ou exceptionnellement. Sans réelle surprise, ce sont les 15-24 qui sont le plus assidus à cet usage illégal (70 %). Le chiffre baisse à 55 % chez les 25-39 ans et 32 % des 40 ans et plus. 

50% de pirates ?

Comme l’avaient déjà montré plusieurs études auparavant, les internautes déclarants des usages illicites sont aussi ceux les plus gros acheteurs de biens culturels. Leur dépense mensuelle moyenne est ainsi légèrement supérieure aux autres. Il est aussi intéressant de noter la confusion qui existe entre usages légaux et illégaux. Plus de la moitié des internautes (53 %) pensent ainsi que les sites payants sont forcément légaux, ce qui n’est évidemment pas le cas, notamment de certains sites de direct download ou de streaming.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
5 commentaires
    Votre commentaire
  • Cronos640
    Qu'ils baissent un peu les prix des produits et on téléchargerait peut-être beaucoup moins
    1
  • doom_Oo7
    Moi je dis que quand il y a plus de 50% c'est une majorité et que démocratiquement la loi doit être faite en fonction de la majorité =p
    0
  • oldbear
    doom_Oo7, j'espère que tu dis ça pour plaisanter, parce qu'à ce compte là si 50% des français décident de ne pas payer leurs impôts, on peut aussi arrêter les impôts. On aurait déjà supprimé les limites de vitesse puisque plus de 50 % des français ne les respectaient pas.
    De surcroit, une étude n'est pas un référendum et elle n'a aucune valeur "démocratique". Enfin j'ose espérer que tu ne le pensais pas vraiment.

    Pour ne pas faire du hors-sujet, pour mon avis, cela ne fait que révéler la mainmise des majors sur le prix de la musique.
    Je raconte tout le temps cette histoire (peut-être même déjà sur ce forum) mais j'avais lu une interview d'Herbie Hancock il y a quelques années qui racontait comment, lorsque le CD a commencé à s'imposer, lui avait refusé d'abord à ses producteurs que l'on presse sa musique sur ce média, estimant que cela valait beaucoup trop cher. Les producteurs l'avaient rassuré en lui disant que le CD était en plein boom et que d'ici quelques années, ça ne couterait plus rien à produire et donc bien moins cher qu'un vinyl ou une cassette audio pour le consommateur.
    Ils avaient raison. Les coûts de production ont effectivement baissé depuis. Mais comme soulignait Herbie Hancock, quel était le prix d'un CD neuf à l'époque où on lui proposé la presse de sa musique sur CD : 20 € les amis.
    C'est vrai que waouh ça a vachement changé depuis !
    0