5 Windows Phone prêts à débarquer le 21 octobre

C’était un secret de polichinelle, Microsoft l’a confirmé hier : les premiers téléphones Windows Phone 7 seront disponibles le 21 octobre prochain. En France cinq modèles seront proposés au lancement, fabriqués par HTC, LG et Samsung.

« Notre ambition s’inscrit dans le long terme », précisait, lors de l'annonce, Eric Boustouller, président de Microsoft France. On sentait hier que l’éditeur comptait mettre les moyens (leur campagne de publicité française comptabilisera un milliard de contacts client) et être patient comme il l’a déjà été pour imposer sa Xbox sur le marché des jeux vidéo. 80 % des Français restent à équiper en smartphones et le secteur est en plein essor. Alice Holzman, directrice marketing grand public d’Orange, précisait que « plus de 40 % des téléphones vendus avec un forfait Orange sur cette fin d’année seront des smartphones ». 

Cinq téléphones à partir de 29 euros

L’opérateur historique sera ainsi le seul à proposer trois téléphones dès le lancement : le HTC 7 Mozart en exclusivité (29 €), le LG Optimus 7 en avant-première de 6 semaines (29 €) et le Samsung Omnia 7 (49 €). Quatre applications maison seront intégrées à ces appareils : Orange et moi, TV d’Orange, Ligue 1 (qui existent déjà sur iPhone) et Orange Daily en exclusivité (pour être informé de l’actu en direct). Chez SFR, deux modèles seront proposés : le HTC 7 Trophy et le Samsung Omnia 7. Bouygues Telecom ne commercialisera en revanche que le HTC HD7.

Ce n’est donc pas un hasard si Microsoft a choisi Orange, premier opérateur français, comme partenaire privilégié. L'opérateur historique y trouve certainement une alternative crédible à l’iPhone et un bon moyen de faire plier l’omnipotent Apple qui continue à imposer ses conditions de commercialisation. Pour cela Microsoft a trouvé un argument de poids : le partage des revenus. Les applications vendues sur Marketplace proposeront une répartition identique à l’App Store : 70 % pour l’éditeur, 30 % pour le distributeur. En revanche, contrairement à Apple, Microsoft partagera une partie de ses 30 % avec les opérateurs. Pas étonnant que ces derniers se réjouissent de l’arrivée de ce nouvel acteur.