Attentat à la Maison Blanche, le faux tweet qui fait dévisser Wall Street

Le compte Twitter de l’agence de presse AP a été piraté hier. Un contenu a été posté à son insu : « Deux explosions à la Maison Blanche et Barack Obama est blessé. »

Un tweet qui a fait l’effet d’une bombe à Wall Street. Le Dow Jones, le plus vieil indice boursier, en a dévissé de 1% avant de reprendre sa cotation normale. La Maison Blanche et l’Associated Press ont immédiatement démenti tout attentat. Pour plus de sécurité et afin que la rumeur ne se propage pas plus, l’AP a même suspendu son compte Twitter.

Selon l’agence de presse, elle aurait été piratée par phishing. Cette technique, autrement appelée hameçonnage, vise à intercepter les informations confidentielles des internautes. Pour ce faire, le pirate copie un site connu pour mettre en confiance l’utilisateur. Ce dernier saisi alors sans crainte des données sensibles.


Mike Baker, journaliste à l’AP, explique que le piratage de leur compte Twitter est survenu moins d’un heure après que ses collègues aient reçu un mail d’attaque « impressionnant. » L’un d’entre eux serait tombé dans le piège.

Rappelons que ce n’est pas la première fois qu’un compte de presse est piraté. L’agence Reuters a eu son lot d’attaques en août 2012. Une vingtaine de faux tweets avaient alors été postés.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire