VLC demande à la Hadopi d’ouvrir les verrous des Blu-Ray

L’éditeur du très célèbre logiciel VLC a, selon Le Point, demandé à la Hadopi l’ouverture des codes de protection des Blu-Ray, afin qu’ils soient compatibles avec son lecteur. Actuellement, les DRM permettent à l’industrie du cinéma, DVD et Blu-Ray d’empêcher n’importe qui de dupliquer le contenu sur un disque vierge.


L’objectif : pouvoir lire les Blu-Ray directement depuis VLC, ce qui n’est actuellement pas possible. Jusqu’ici, Sony refusait d’autoriser la publication du code source des DRM pour un logiciel libre. La Hadopi a été consultée par VideoLan, l’éditeur de VLC, pour une expertise juridique qui fait partie de son action. « Le dossier est en cours d’instruction administrative », explique la haute autorité au site LePoint.fr.


La Hadopi plutôt favorable ?


« Nous voulons faire avancer le droit, sur une question très compliquée », explique Jean-Baptiste Kempf, président de VideoLAN. « Notre but est juste de faire de la lecture de DVD. Mais la lecture, en informatique, c'est mécaniquement de la copie », poursuit-il. « Nous contournons déjà les DRM des DVD depuis 2003, et personne ne nous est tombé dessus », se défend-il.


Jean-Baptiste Kempf promet même qu’il respectera le droit français dans le cas d’une décision favorable. Il semblerait que la Hadopi soit plutôt favorable au projet de VideoLan. Réponse à venir d’ici la fin du premier semestre.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
8 commentaires
    Votre commentaire
  • raf20000
    anydvd HD. CQFD
    0
  • H-hich
    Citation:
    Jean-Baptiste Kempf promet même qu’il respectera le droit français dans le cas d’une décision favorable.


    Si on lui donne le droit de casser la protection des DRM, il respectera son droit ? Euh ben oui logique :D
    0
  • smallseb
    je pense que l'auteur à oublié le préfix privatif devant "favorable". En l'occurence, la phrase prends beaucoup plus de sens si on indique "Jean-Baptiste Kempf promet même qu’il respectera le droit français dans le cas d’une décision DEfavorable."
    0