Du faux sur Wikipédia. Les journalistes plongent

WikipédiaWikipédia

Une fausse citation de Maurice Jarre s’était dissimulée dans la fiche Wikipédia du compositeur. Elle a induit en erreur bon nombre de journalistes en manque d’inspiration lors de la rédaction de sa nécrologie.

Au service de la science

Celle-ci annonçait qu’« à ma mort, une ultime valse jouera en moi que je serai le seul à pouvoir écouter. » Cette phrase pleine de poésie a été écrite par un Irlandais du nom de Shane Fitzgerald. Ce jeune étudiant n’a pas commis son canular sans arrière-pensée. Étudiant en sociologie, il voulait en fait savoir à quel point les journalistes se servaient du contenu de Wikipédia pour rédiger leurs articles. Ni une, ni deux, de nombreux confrères sont tombés dans le panneau comme The Guardian ou The Independent.

 Attention aux informations

Cette affaire assez drôle en soi, pourrait surtout prouver que les informations ne sont pas toujours assez croisées. Sauter l'étape de la vérification pour être le premier à sortir son papier et c’est la dégringolade, les uns recopiant les autres. Le jeune étudiant a d’ailleurs confié à l’Irish Times que son action avait pris une ampleur qui le dépassait. Une bonne leçon pour tous les journalistes et de nombreuses questions d’éthique pour Wikipédia. Peut-on écrire ce que l’on veut sur l’encyclopédie en ligne ?

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
14 commentaires
    Votre commentaire
  • Anonyme
    Mais bien sûr... Des journalistes qui font pas leur boulot, mais c'est la faute à Wikipédia...

    Ca me rappelle l'affaire Pierre Assouline tout : ça un étudiant raconte une connerie sur Wikipédia, la communauté, malgré tous ses efforts quotidiens, laisse l'erreur en ligne, et l'information se propage. On introduit une erreur, et après on fait semblant de s'étonner qu'il y a des erreurs. Imparable, et ça marche à tous les coups.

    Quand on voit l'énorme travail réalisé sur l'encyclopédie, que ça soit pour la maintenance technique de l'infrastructure, pour la gestion des conflits entre contributeurs, pour l'animation de la communauté (globale et 'nationale'), et quand on voit la qualité globale des articles, on réalise à quel point Wikipédia fait partie des plus grands et des plus beaux projets que l'humanité ai pu engendrer.

    C'est facile de casser du sucre sur une organisation comme Wikipédia en prenant *un* exemple sur les centaines de *milliers* de pages (rien que pour l'encyclopédie francophone), n'empêche que le modèle communautaire fait qu'au final, et sur le long terme, aucune encyclopédie ne tient la route face à Wikipédia (Microsoft a récemment jeté l'éponge et balancé Encarta aux oubliettes, pour ne citer qu'un exemple récent).

    Wikipédia est une encyclopédie communautaire publiée sous licence libre. Les questions éthiques n'ont pas à être remises en cause à chaque fait divers que la presse instrumentalise à charge : ces questions éthiques sont déjà gérées depuis fort longtemps. Il suffit de consulter un peu les règles et les principes fondateurs de Wikipédia, qui sont, eux aussi, je le rappelle, librement disponibles.
    3
  • zartc
    Moi je poserais plutôt la question: Peut-on laisser les journaleux écrire ce qu'ils veulent dans leur nanar ?
    3
  • universal94
    De toute façon la moitié de wiki c'est pas potable. (j'exagère un peu mais bon)
    -9