Licenciés de Zynga, les employés font la fête

Afin de redresser la barre, Zynga, l'éditeur de jeux vidéo sur Facebook et pour mobiles, s'apprête à licencier 520 personnes, soit 18 % de ses quelque 2700 salariés. À l'annonce de ces nouvelles suppressions de poste, qui devraient intervenir d'ici la fin du mois d'août, les employés d'OMGPOP (qui appartient à Zynga depuis plus d'un an) ont fait la fête en déchirant leur t-shirt Zynga, et en poussant le volume à fond. Ils sont en effet les premiers touchés par ce plan de licenciement.

Rien ne va plus pour l'éditeur de Farmville

Pour mémoire, Zynga s'est offert OMGPOP (la société à l'origine de Draw Something) pour la coquette somme de 200 millions de dollars en 2012. Mais les résultats de Zynga allant de mal en pis, la société avait dû revoir la valeur d'OMGPOP en supprimant 95 millions de dollars au niveau comptable. Car depuis un an, les choses ont changé pour Zynga : l'éditeur a connu de nombreux tumultes financiers en voyant le nombre de ses joueurs diminuer, et a dû récemment fermer ses studios de développement en Grande-Bretagne et au Japon.

Les salariés se lâchent et livrent des infos surleur ex-employeur

Le nouveau plan de licenciement touche cette fois les ex-employés d'OMGPOP, qui vont se retrouver dehors. Ils concèdent néanmoins qu'ils ne se seraient jamais sentis à l'aise chez Zynga. La vice-présidente d'OMGPOP aurait même appris son éviction par l'intermédiaire de Facebook. Un employé déclare que "la plupart des licenciements sont tristes. On imagine que les grandes compagnies font appel à la sécurité pour vous conduire dehors et éviter une scène. Là, ça a été le contraire. Nous avons écouté de la musique très fort, et les gens ont déchiré leur sweat et leur t-shirt Zynga."

L'affaire n'a pas fini de retourner le web, un ex-employé se disant prêt à diffuser des informations sur Zynga et les conditions de travail via la plate-forme Reddit.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire