Christine Albanel croit à l’éducation par les FAI

Une réunion en début de semaine entre les ministres européens de la culture et de l’audiovisuel a été l’occasion pour Christine Albanel, ministre française de la culture, de faire partager son avis sur le piratage. Elle a considéré que ce phénomène était « un enjeu central pour l’avenir des industries culturelles », mais aussi pour les fournisseurs d’accès, appelés selon elle à « devenir le principal réseauLAN est l’acronyme du terme anglais Local Area Network, que l’on peut traduire en fraçais par Réseau Local. Sa définition consiste en un ensemble d’or... de distribution de ces œuvres. »

Les FAI doivent prévenir

C’est donc dans cette logique que la ministre a demandé l’introduction de mesures dans le droit européen numérique afin de lutter contre cette pratique. Elle veut ainsi imposer aux fournisseurs d’accès internet d’informer leurs clients, en leur rappelant la nécessité de protéger les droits d’auteurs. Pour la ministre, il s’agit « d’information » et de « pédagogie ». Cette mise en garde devra apparaître sur le contrat signé avec le FAI.

Une mention déjà en vigueur en France

En France, cette mesure est déjà en vigueur depuis la signature d’une charte contre la piraterie le 28 juillet 2004. Dans les conditions générales de ventes, les fournisseurs d’accès rappellent que « le piratage nuit à la création artistique. » Pourtant, on ne peut pas dire que les chiffres du piratage aient baissé depuis cette date. Les internautes seraient-ils davantage inquiétés si la mesure était étendue ?

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
8 commentaires
    Votre commentaire
  • geloblackeagle
    eu en quoi c'est le role d'un FAI de dire qu'il ne faut pas "pirater" un logiciel.

    Au passage faudrait trouver un autre mot que pirater parce que c'est pas ce que ça veux dire..
    1
  • Lim-Dul
    "Christine Albanel croit à l’éducation par les FAI"
    Et nous nous croyons qu'elle est conne.

    C'est bien gentil de toujours dire "faut pas pirater", "voila une lois pour faire baisser le piratage", c'est bien gentil d'interdire le contournement des DRM/MTP et autre systèmes de protection anti-copie mais il ne faudrait pas oublier certaines choses comme le droit de réaliser une copie de sauvegarde, l'exception à la copie privée qui m'autorise à copier un mp3 pour l'écouter sur mon baladeur ou dans ma voiture (ce qu'interdit les DRM/MTP) et ne pas oublier de développer l'offre légale.

    Car tant qu'il sera plus facile de télécharger illégalement que de payer le "piratage" ne baissera pas.

    Et ceux qui croient le contraire sont des cons.


    Pour finir j'ajouterai qu'il ne faut pas non plus négliger un phénomène de rejet des major.
    Qui fait que de plus en plus les consommateurs en ont mare de les engraisser et voudrai que les artistes aient plus.

    Et donc que dans ces condition il est évident que quand une société lutte contre ses client qui veulent la faire mourir les choses se passent mal.
    2
  • vikin
    Citation:
    Cette mise en garde devra apparaître sur le contrat signé avec le FAI.

    Vu le nombre de personnes qui le lisent avant de signer , cela ne va pas avoir beaucoup d'impact.

    Citation:
    le piratage nuit à la création artistique

    Je dirais que c'est le choix des majors qui nuit.

    Citation:
    Les internautes seraient-ils davantage inquiétés si la mesure était étendue ?

    Les internautes trouveront une nouvelle parade et il faudra encore dix ans aux majors pour s'adapter.
    1