Les astronomes ont-ils trouvé des structures alien dans notre galaxie ?

Les astronomes chargés d’analyser les images recueillies par le télescope Kepler sont perplexes. Ils ont en effet découvert une nouvelle étoile située juste au bord de notre galaxie, mais y ont trouvé des éléments « étranges », et commencent à se demander si cette étoile en particulier n’abriterait pas une vie extra-terrestre.

Cette étoile a été découverte en 2009, en même temps que près de 150 000 autres, vers lesquelles le télescope Kepler est resté tourné en permanence pendant quatre ans afin de les observer. Parmi les données recueillies, les astronomes ont notamment étudié les différentes émissions de lumière autour des étoiles, et notamment les ombres que peuvent projeter les planètes et autres objets orbitant autour. Mais cette étoile très particulière, qui a hérité du doux nom de KIC 8462852, a attiré l’attention des analystes. Elle s’était déjà fait remarquer en 2009 car les scientifiques pensaient qu’elle faisait partie des étoiles réunissant des conditions pouvant potentiellement héberger une planète capable d'abriter la vie.

Aujourd’hui, ils constatent un phénomène étrange autour d’elle : l’orbite basse de l’étoile est saturée de nombreux objets, très rapprochés, qui l’encerclent. Ce genre de formation est habituel pour une étoile jeune, notre Soleil ayant connu le même sort avant la formation des planètes qui l’entourent aujourd’hui. Mais KIC 8462852 n’est pas une étoile jeune : l’absence d’une grande quantité de lumière infrarouge, par exemple, indique que cette étoile est mature. 

« Nous n’avons jamais rien vu de similaire », indique Tabetha Boyajian, chercheuse à l’université de Yale. L’amas entourant l’étoile est en effet suffisamment important pour empêcher le télescope de la voir dans sa totalité. Pour Jason Wright, astronome à la Penn State University, « les aliens sont censés être la dernière hypothèse que vous devriez émettre pour expliquer un phénomène, mais dans ce cas, cela ressemble effectivement à une formation qui aurait pu être construite par une civilisation extra-terrestre ».

Tabetha Boyajian et ses confrères préparent donc actuellement la prochaine étape, qui consisterait à pointer une antenne radio dans la direction de cette étoile et d’essayer de capter d’éventuelles fréquences radio provenant de ce système. S’ils détectent une quantité conséquente d’ondes radio provenant de l’étoile, il faudra alors utiliser le Very Large Array (VLA), situé au Nouveau-Mexique, pour déterminer si ces ondes sont émises par une source technologique. Dans le meilleur des cas, les premières mesures devraient avoir lieu dès le mois de janvier 2016, et les analyses plus poussées à partir de l’automne.

À Lire :15 missions spatiales à suivre en 2015
Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire