Signature de la charte anti-piratage numérique

C’est en présence de 3 ministres, Nicolas Sarkozy, Renaud Donnedieu de Vabres et Patrick Devedjian, que la charte anti-piratage numérique a été signée ce mercredi matin à l’Olympia, entre les fournisseurs d'accès à Internet et les auteurs et producteurs de musique.

Annoncé le 15 juillet par le gouvernement, "La charte d'engagements pour la lutte contre la piraterie et pour le développement des offres légales de musique en ligne" a été élaborée entre les fournisseurs d'accès à internet (AFA, Free, Wanadoo...), les distributeurs, les distributeurs en ligne, les sociétés d'auteurs et les producteurs.

Cette charte a pour principale mesure, de permettre aux fournisseurs d'accès, d’adresser systématiquement un message d'avertissement aux internautes surpris sur le net en train de pirater, ainsi que de supprimer l'abonnement aux personnes qui auront été condamnées par le justice pour piratage.

Cependant, des réserves ont été exprimées sur le contenu de cette charte par la Société de perception et de distribution des droits des artistes interprètes de la musique et de la danse (SPEDIDAM), qui revendique 25.000 artistes interprètes. Cette dernière juge abusif le faite d'assimiler l'échange de fichiers musicaux dans le cadre du "peer to peer" à un acte de piratage.

Source : tf1.fr
Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
12 commentaires
    Votre commentaire
  • Subzero@IDN
    Voila c'est signé en douce sans faire de Bruit au cas ou ....
    Voila comme quoi nous sommes juste Bon a payé et a la fermé !!
    0
  • suriton
    de toute façon, je pense que les nouvelle versions de p2p vont permettre de leurer le controle des FAI (enfin j'espére).
    0
  • biniou
    ça me fait doucement marrer la soi-disant volonté de développer les offres légales de musique en ligne. Bcp trop de restrictions. J'ai voulu essayer, pour voir, ce que donnait le service connect-europe.com. Première chose, Windows semble obligatoire, sinon pas d'accès au service (j'essaierai à l'occasion sous Linux). Ensuite, faut installer deux trois trucs sur la machine. Et enfin, sans même être allé au bout de la procédure (hors de question d'installer quoique ce soit que je n'ai pas désiré), je parie qu'on ne peut écouter les morceaux achetés que sur une seule et même machine (et avec seulement WMP en plus). Autoradio, balladeur (CD ou MP3), chaine, PC du boulot ? On a le droit d'acheter tout ce matos, mais pas de s'en servir ?
    Conclusion (la même que d'habitude), la personne voulant être un tant soit peu honnête sera une nouvelle fois bien plus contrainte que le "vilain pirate" qui télécharge la musique, afin de pouvoir en faire ce qu'il veut (en faire ce qu'on veut une fois achetée, ça ne me semble pas être trop demandé pourtant, non ?)
    0