Apple : la controversée inspection de ses usines

Tim Cook a confiance en la FLATim Cook a confiance en la FLA

Lundi, Apple annonçait avoir chargé la Fair Labor Association (FLA) d’inspecter les usines de son sous-traitant chinois Foxconn. Mais cette ONG n’est pourtant pas exempte de tout reproche.

Une pétition de plus de 200 000 signatures et une enquête à charge dans le très influent New York Times (pourtant pas le plus grand ennemi d’Apple) : il n’en fallait pas plus au constructeur pour réagir. La société désormais dirigée par Tim Cook demandait en début de semaine à la FLA d’inspecter les usines Foxconn de Shenzhen et de Chengdu. Un geste apparemment fort de la part de l’entreprise, mais pourtant critiqué par d’autres ONG, plus indépendantes, comme le montre un article du Monde

Des conflits d'intérêt ?

C’est notamment le cas de Change.org (à la base de la pétition) qui accuse la FLA de conflits d’intérêts. Dans le magazine américain Wired, c’est Sumofus.org qui accuse l’association de ne pas avoir « un bilan très brillant concernant les inspections ». Le conseil d’administration de la FLA est au coeur du débat. Il regroupe en effet à parts égales représentants de l’industrie, d’universités et d’associations. Enfin, d’autres organisations estiment que les rapports de l’association ne rendent pas publique la liste des usines inspectées.

Pourtant, Tim Cook se félicite que ce ne sera pas le cas dans le rapport demandé à l’association : « nous sommes reconnaissants à la FLA d'avoir accepté d'identifier dans ses rapports les différentes usines, ce qui est pour elle une démarche inhabituelle ». Les conclusions de l’inspection seront publiées début mars sur le site de la FLA, tandis que de nouvelles inspections commenceront au printemps dans les usines de deux de ses autres sous-traitants chinois Quanta et Pegatron.