Apple interresse aussi les hackers

AppleAutrefois, les hackers ne s’intéressaient qu’à Windows et sa suprématie qui leur procurait un grand nombre de cibles potentielles. Avec plus de 90 % du marché occupé par la firme de Bill Gates, on ne voit pas pourquoi les pirates seraient allés voir ailleurs. Puis la marque à la pomme s’est popularisée, gagnant des parts de marché petit à petit (d’après une étude de Net Application, elle était de 7,57 % en janvier dernier). Les hackers commencent donc à se tourner vers ce nouveau « marché ». « Il y a davantage de yeux qui scrutent les vulnérabilités de Apple » a expliqué à l’AFP Cameroun Hotchkies, un analyste de Zero day initiative.

Les secrets de l’iphone de moins en moins bien gardés

Les pirates s’intéressent tout particulièrement à l’iphone. Leur motivation principale est de passer outre les exclusivités négociées par Apple avec des opérateurs téléphoniques. Du coup, ces recherches entreprises pour débloquer l’iphone permettent d’en savoir davantage sur ses sytèmes de sécurité. Hotchkies signale ainsi que les hackers « savent de mieux en mieux analyser les logiciels apple ». D’après l’AFP, les hackers ont mis un mois pour débloquer l’iphone de première génération. Pour le dernier modèle, il a suffit de quelques heures. Les connaissances acquises lors des premiers hackings ont bien resservi...

Des virus attirés par les programmes populaires

Une autre vulnérabilité viendrait du fait qu’Apple, dans sa quête de popularité, a permis le fonctionnement sous son OS de logiciels très utilisés sous Windows. Les codes de ces applications s’exportent sous mac, et leurs vulnérabilité avec. D’après Hotchkies, "Il est même possible qu’ils en créent de nouvelles, car les plateformes sont différentes" Une adaptation d’autant plus facile pour les hackers. Certains acheteurs de mac choisissent cette marque en pensant ainsi éviter la plupart des attaques, mais l’argument s’en trouve chamboulé… Même si Windows reste largement premier sur le marché des OS, et donc des virus.