Apple attaqué pour violation de brevet sur le processeur de l'iPhone

Apple est une société largement connue pour défendre ses innovations et ses brevets sur le marché à coups de procès, comme l’ont montré les longues batailles judiciaires menées notamment contre Samsung. Mais une fois n’est pas coutume, la marque à la Pomme vient de perdre un procès important, intenté par une fondation de l’Université du Wisconsin, pour utilisation d’une technologie brevetée par cette dernière. Apple risque de devoir payer jusqu’à 862 millions de dollars en compensation.

C’est la Wisconsin Alumni Research Foundation (WARF) qui a déposé une plainte contre Apple pour une technologie brevetée en 1998. Celle-ci concerne une technologie d’amélioration des performances d’une puce qu’Apple aurait reprise sans autorisation dans ses puces A7, A8 et A8X qui équipent entre autres les iPhone 5s, iPhone 6 et 6 Plus, ainsi que plusieurs iPad. Pour sa défense, Apple avait argué que ce brevet était invalide, et aurait même tenté de convaincre, en avril dernier, le bureau américain d’attribution des brevets de réviser ce brevet afin d’en déterminer à nouveau la validité. Une demande que le bureau avait alors rejetée.

Apple risque donc de devoir payer jusqu’à 862,4 millions de dollars de dommages et intérêts, une somme colossale, mais qui ne devrait pas déstabiliser la santé financière du groupe. Reste à déterminer pour le juge William Conley, en charge de l’affaire, si Apple a volontairement enfreint ce brevet, ce qui pourrait alourdir la peine. Le constructeur fait d’ailleurs l’objet d’une deuxième plainte de la WARF, cette fois concernant les puces A9 et A9X, qui équipent les iPhone 6s et 6s Plus, ainsi que l’iPad Pro.

À lire : Smartphone : lequel acheter ? Comment choisir ?
Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
    Votre commentaire
  • Velociraptor
    Ils sont où les fanboys qui crient au scandale dans le cas inverse? :kaola:
    0